Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ et GROSSESSE: Carence en fer et risque pour le cerveau de l'Enfant

Actualité publiée il y a 10 années 1 semaine 6 jours
Pediatric Academic Societies (PAS)

Les bébés nés de mères obèses sont à risque de carence en fer, ce qui pourrait affecter le développement de leur cerveau, selon cette étude de l'Université de Wisconsin présentée le 30 avril, au Congrès annuel de la Pediatric Academic Societies (PAS) de Denver. Le statut en fer du fœtus est important parce que 50% du fer nécessaire à la croissance du nourrisson est pris par l’enfant avant sa naissance.

Chez les femmes adultes non enceintes, l'inflammation associée à l'obésité entrave le transport du fer par l'intestin, ce qui augmente le risque d'anémie ferriprive. Quand une femme est enceinte, le fer est transféré à travers l'intestin au placenta, mais on ne sait pas comment l'obésité de la mère affecte le statut en fer du nouveau-né et quels sont les effets sur le cerveau du bébé.


Dans cette étude, les chercheurs ont étudié 281 couples mère-nouveau-né. L'indice de masse corporelle des femmes a été calculé avant l'accouchement, et , au delà de 30, la mère a été définie commesouffrant d'obésité. Les auteurs ont également déterminé le niveau en fer des nourrissons par analyse du sang de cordon ombilical.

Les résultats montrent une carence en fer avec facultés affaiblies chez les nouveau-nés de mères obèses. "Des résultats sont importants parce que la carence en fer dans l'enfance est associée à un retard de développement du cerveau avec des facultés affaiblies, et nous devrions savoir prendre en charge les facteurs de risque de carence en fer chez le nourrisson», conclut le dr. Pamela J. Kling, auteur principal et professeur agrégé de pédiatrie en néonatologie à l'Université de Wisconsin-Madison.

Les chercheurs ont étudié pourquoi l'obésité pendant la grossesse est un facteur de risque de carence en fer à la naissance. “Chez les femmes non enceintes, l'obésité a été associée à un déficit d'absorption du fer de l'alimentation et au diabète. En outre, le lien peut s'expliquer également par un fœtus plus gros ayant des besoins en fer plus importants, proportionnels à sa taille."

Les résultats de l'étude ont également des implications importantes en raison de la prévalence de l'obésité chez les femmes en âge de procréer.