Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: L'adénosine à s'attaque aux poignées d'amour

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 2 semaines
Nature

La graisse brune, celle qui brûle l’énergie et protège contre l'obésité, est la cible de nombreuses recherches de nouveaux médicaments de perte de poids. Elle trouve, avec cette étude de Université de Bonn, une nouvelle molécule de signalisation ou d’activation, l’adénosine. Une nouvelle voie de signalisation prometteuse et une étape de plus dans la lutte contre l'excès de poids, présentée dans la revue Nature.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Face à l'épidémie galopante d'obésité accompagnée de toutes ses comorbidités chroniques, le besoin de nouvelles thérapeutiques pour favoriser la perte poids n'est plus à démontrer. Cette équipe internationale de chercheurs dirigée par le professeur Alexander Pfeifer de l'hôpital universitaire de Bonn vient de franchir une nouvelle étape sur la piste de la graisse brune avec la découverte de ce processus : La propre adénosine du corps active la graisse brune et convertit la graisse blanche en graisse brune. Bref, un objectif poursuivi depuis longtemps par de nombreuses équipes.


Toutes les graisses ne se valent pas, rappelle l'auteur. Adipocytes blancs, bruns et beiges ont tous des fonctions métaboliques différentes. Les cellules de graisse blanches forment ces « poignées d'amour » et la graisse abdominale, les cellules de graisse brune convertissent l'énergie excédentaire en chaleur. Convertir les cellules adipeuses blanches en tissu adipeux brun permettrait donc de « faire fondre l'excès de graisse ».

La découverte d'une nouvelle molécule de signalisation, l'adénosine, capable d'activer les cellules de graisse brune, est donc plus que bienvenue. Généralement libérée au cours du stress, elle va activer le tissu adipeux brun et la combustion des graisses est considérablement stimulée. L'équipe démontre ici, sur la souris que la signalisation de l'adénosine protège les souris contre l'obésité induite par l'alimentation.

Des résultats prometteurs pour le développement de nouvelles thérapies contre l'obésité.

Autres actualités sur le même thème