Vous recherchez une actualité
Actualités

PERTURBATEURS : Des parabènes dans nos médicaments ?

Actualité publiée il y a 8 années 8 mois 1 semaine
Effets indésirables

Parabènes mais aussi phtalates et alkylphénols étaient dans la ligne de mire des parlementaires de l’Assemblée début mai, en raison non des doses décelables dans les produits mais de l’accumulation possible, au fil de leur utilisation dans notre organisme. Une interdiction des députés passée alors presqu’inaperçue mais qui, avec la révélation de la présence de parabène dans quelques 400 produits pharmaceutiques, selon la liste publiée par lemonde.fr, crée aujourd’hui des remous.

Les parabènes sont en effet largement utilisés dans plus de 80 % des cosmétiques (shampooings, crèmes, mousses à raser…) mais aussi dans l'alimentation et les médicaments. Parmi ces 400 produits pharmaceutiques on retrouve donc sans surprise des cosmétiques pour bébés, la Biafine, les sirops Codotussyl ou Rhinathiol, dans le Maalox ou encore le Primpéran...


L'utilisation des parabènes est liée à leur propritétés de conservateurs. Ils sont utilisés pour leurs capacités à freiner efficacement la prolifération des champignons et des bactéries. Ce sont les études du Dr. Philippa Darbre publiées dans le Journal of Applied Toxicology en 2003 et 2004 associant l'exposition aux parabènes et le développement du cancer du sein qui déclenchèrent la polémique sur les parabènes, alors utilisés dans 99% des produits cosmétiques. Ces études suggèrent que les parabènes (méthyl-, éthyl-, propyl- et butylparabène) s'accumulent dans les tissus lipohiles et cancéreux du corps humain. A la publication de cette étude, l'Afssaps avait procédé à une nouvelle évaluation sans pouvoir mettre en évidence un risque. Leur remplacement par des composés conservateurs d'origine naturelle -comme proposé dans la proposition de Loi "des produits de substitution existent pour les parabènes : des conservateurs naturels, utilisés notamment dans les cosmétiques « bio »- ne seraient pas non plus sans risque pour la santé et leur efficacité en tant qu'agent de conservation microbienne devrait également être démontrée. Les parlementaires, en votant la proposition de Loi d'Yvan Lachaud souhaitaient réduire l'exposition à ces molécules, au nom du principe de précaution et dans l'attente de prochaines données scientifiques. Ils ont par leur vote, en première lecture, interdit la fabrication, l'importation, la vente ou l'offre de produits contenant des parabènes (ou des phtalates et des alkylphénols).

Il n'est pas certain que l'initiative puisse aboutir, le gouvernement pouvant ne pas inscrire le projet de Loi pour discussion Sénat. Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s'était en effet exprimé en demandant d'attendre les résultats des évaluations en cours pour interdire.