Vous recherchez une actualité
Actualités

REMÈDES à base de plantes: Alerte aux compositions mensongères

Actualité publiée il y a 5 années 2 mois 6 jours
BMC Medicine

La majorité des produits à base de plantes sur le marché contiennent des ingrédients ne figurant pas sur l'étiquette et comportent pour une large part des composés de substitution moins coûteux et »de remplissage », révèle cette nouvelle étude de l'Université de Guelph (Ontario). Les conclusions, publiées dans la revue BMC Medicine font état de 60% des produits comportant des espèces végétales ne figurant pas sur l'étiquette et 32% contenant des composés de substitution…


Les chercheurs de Guelph ont utilisé une nouvelle technique d'identification génétique par codes-barres de l'ADN pour analyser 44 produits à base de plantes vendus par 12 entreprises.

· Seules 2 des entreprises commercialise des produits authentiques sans composés de substitution, sans substance toxique et sans composé de remplissage,

· près de 60% des produits à base de plantes contiennent des espèces végétales qui ne figurent pas sur l'étiquette,

· 32% des produits comportent des composés de substitution,

· plus de 20% des produits contiennent des composés de remplissage comme du riz, du soja et du blé et sans que ce constituant ne figure sur l'étiquette,

· plusieurs produits contiennent des plantes toxiques, pouvant entraîner des effets graves ou une interaction toxique avec d'autres herbes, suppléments ou médicaments,

· non annoncés, le blé, le soja et le riz sont également un sujet de préoccupation pour les personnes souffrant d'allergies ou qui consomment des produits sans gluten.

Les dangers sont nombreux :

- Un produit étiqueté à base de millepertuis contient en réalité une plante aux propriétés laxatives, Senna Alexandrina. Il peut entraîner une diarrhée chronique, des dommages au foie et interagir négativement avec les cellules immunitaires dans le côlon.

- De nombreux produits contiennent, sans l'annoncer, de la camomille, ce qui peut entraîner un gonflement et un engourdissement dans la bouche, des ulcères buccaux et des nausées. Des interactions néfastes sont également possibles avec les médicaments métabolisés par le foie.

- Un produit à base de ginkgo contenait une espèce de « noyer noir » (Juglans nigra), un composé dangereux pour les personnes allergiques aux noix.

Les chercheurs parlent de « risques considérables pour la santé des consommateurs » et concluent que c'est une pratique courante dans les produits naturels, de mélanger des composés de substitution avec les ingrédients actifs. Ils rappellent qu'il n'existe pas de normes pour l'authentification de cette catégorie de produits alors que le marché, estimé à 60 milliards de CA annuel pour les seuls Etats-Unis, avec ses plus de 1.000 fabricants, propose aujourd'hui près de 29.000 substances ou mélanges différents. Ils concluent, à l'attention des consommateurs : « Amateurs de produits de santé naturels méfiez-vous ! ».

Quelle est la « règle » en Europe ? La directive de l'Union Européenne, la THMPD (Traditional Health Medical Products Directive ou directive 2004/24/EC), de mars 2004 qui permettait une période de transition de 7 ans pour enregistrer les herbes médicinales traditionnelles alors déjà sur le marché a été remplacée le 30 avril 2011 par une procédure obligatoire d'autorisation de commercialisation avant leur mise sur le marché européen, moins lourde que l'AMM des médicaments mais nécessitant la preuve de l'utilisation médicinale du produit pendant une période minimum. Ainsi, la législation européenne qualifie de médicaments traditionnels à base de plantes médicinales les produits qui ont été utilisés pendant au moins 30 ans, dont au moins 15 ans au sein de l'UE, qui sont destinés à être utilisés sans la surveillance d'un médecin et ne sont pas administrés par injection.

Source: BMC Medicine doi:10.1186/1741-7015-11-222 11 October 2013 DNA barcoding detects contamination and substitution in North American herbal products (Visuel © tsach - Fotolia.com)

Lire aussi :

ALLÉGATIONS de santé: Evaluation en attente pour les produits à base de plantes

REMÈDES à base de plantes: Les justifications de la réglementation européenne

Autres actualités sur le même thème

Pages