Vous recherchez une actualité
Actualités

SANTÉ au QUOTIDIEN: Quand le tracker d'activité devient patch

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 1 semaine
Science

Cette année fut celle des objets connectés, du tracker (fitness habit) ou autres dispositifs, qui tels des coachs virtuels permettent de suivre, surveiller, voire partager des données de santé comme le niveau d’activité, l’apport calorique, le sommeil, l’hydratation, le poids et bien d’autres données encore. Certains mettent leur « tracker » dans la poche ou le portent à leur poignet, mais finalement ceux-là sont déjà démodés. Car ces chercheurs américains ont déjà développé la prochaine génération, de mini-trackers flexibles, extra-fins, à porter à même la peau, sous forme de patch. Zoom sur ce dispositif innovant dans la revue Science.

Ce nouveau dispositif a été développé par John A. Rogers de l'Université de l'Illinois et Yonggang Huang, de l'Université Northwestern. Il se présente sous forme d'un patch mou qui suit le mouvement de la peau, bourré de puces pour offrir une surveillance bluetooth des données de santé. Le patch colle à la peau tel un tatouage temporaire. Parmi ses nombreuses fonctions, il permet d'envoyer les mises à jour de ces données vers le mobile ou l'ordi. Il pourrait, écrivent les auteurs, « révolutionner la surveillance clinique par électroencéphalogramme ou électrocardiogramme.


Son atout, une surveillance imperceptible : Bref, le dispositif est conçu pour surveiller la santé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 mais sans interférer du tout avec l'activité quotidienne du sujet. Il est imperceptible sur la peau, se déplace avec le corps, offre de multiples fonctions de surveillance et peut envoyer des données de haute précision en temps réel. Sa discrétion absolue -liée à sa miniaturisation et sa flexibilité- est sans doute son principal atout, à la fois pour un usage au cours de tests ou d'études de sommeil durant lesquelles le patient doit se comporter naturellement, ou pour un usage en routine où là encore les mesures doivent correspondre au mode de vie habituel ou enfin pour la surveillance de patients ayant une peau fragile, comme les nouveau-nés prématurés par exemple.

Un véritable savoir-faire sur le développement de dispositifs dermiques, avec une reformulation spécifique des puces, des piles, condensateurs et autres composants pour plateforme dermique a ainsi été développé par cette équipe de l'Illinois. Une stratégie de développement fondée sur de nouveaux concepts, le microfluidique et …l'origami pour les interconnexions. Les fils en forme de serpentins sont pliés comme dans l'origami, de sorte qu'ils puissent se dérouler dans n'importe quelle direction, en fonction du mouvement.

Le principe du dispositif dermique exclut le mouvement relatif : Dernier avantage et non des moindre, placé à même la peau ce dispositif élimine l'écueil du mouvement relatif et de son bruit de fond inhérents à un petit boîtier mis dans la poche, à la ceinture ou au poignet. Il pourrait peut-être même identifier des dysfonctionnements dont le patient n'est pas encore conscient, comme un début de développement de la maladie de Parkinson par exemple.

Source: Science April 2014 DOI: 10.1126/science.1250169 Soft Microfluidic Assemblies of Sensors, Circuits, and Radios for the Skin (Visuels University of Illinois@John A. Rogers)

Autres actualités sur le même thème