Actualités

SANTÉ du COUPLE: Égalité, adaptation, liberté et humour, 4 facteurs de longévité

Actualité publiée il y a 9 années 7 mois 2 semaines
Personality and Social Psychology Bulletin

Cette édition spéciale de la revue Personality and Social Psychology Bulletin (publiée à l’occasion de la Saint Valentin) met en lumière, à travers plusieurs études, quelques-uns des facteurs de longévité du couple, marié et non marié. L’importance du niveau de revenus du mari pour une sexualité accomplie, la capacité des partenaires à évoluer, l’absence de jalousie pour plus de parentalité et enfin l’humour pour désamorcer les conflits. 4 aspects peu traités de la vie de couple, qui peuvent donner à réflexion.

L'inégalité de revenus au sein du mariage source de problèmes de santé : Ainsi, les hommes dont les épouses ou partenaires gagnent un revenu plus élevé sont plus susceptibles d'utiliser des médicaments de la dysfonction érectile que ceux qui vont avoir des revenus plus élevés, et même lorsque l'inégalité des revenus est faible. Les chercheurs de l'Université de Washington (St Louis) et de l'Université Aalborg (Danemark) ont suivi 200.000 couples mariés (1) au Danemark de 1997 à 2006 et constatent, en revanche, que les femmes qui gagnent plus que leurs maris souffrent plus fréquemment d'insomnie et utilisent plus souvent des anxiolytiques. Ces effets ne sont pas visibles chez les couples non mariés ou chez les hommes qui gagnent moins que leurs épouses, avant le mariage. Conclusion, les niveaux respectifs de revenu, au sein du mariage, restent un facteur social important de l'épanouissement du couple.


La violence au sein du couple, un refus d'évoluer ? C'est ce que suggère une autre étude, qui indique que plus de 20% des couples vont vivre au moins un épisode de violence dans l'année. Ce sont les couples qui « savent » que la relation va changer au fil du temps, et qui l'acceptent, qui sont les moins susceptibles de s'engager vers des relations violentes. Ici (2), les chercheurs de la Florida State University, Kentucky University et Brigham Young University, à travers plusieurs études portant sur plus de 2.500 personnes, constatent que croire à l'évolution positive du couple réduit la violence dans les relations, augmente la satisfaction et la propension des partenaires à sacrifier leurs propres intérêts pour le bien du couple.

La jalousie, un facteur réducteur de parentalité : D'autres études (3), de chercheurs de la 1Texas Christian University montre comment la jalousie s'immisce dans l'équilibre du couple et le degré de parentalité. D'abord, le désir des hommes et des femmes intrinsèquement jaloux d'avoir des enfants est moindre. Des hommes et des femmes chroniquement jaloux se sentent moins heureux à l'idée d'une grossesse et déclarent moins d'intérêt pour les bébés. Les hommes jaloux chroniques –au contraire des femmes- vont également moins s'investir dans leurs enfants. Décidemment la jalousie n'est pas seulement un frein à la longévité du couple.

L'humour pour désamorcer les conflits : Mais pas n'importe quel type d'humour, suggère cette étude(4) menée sur 93 couples filmés en « situation de résolution de conflit ». Les auteurs constatent que le plus anxieux auront recours à un humour plus autodestructeur, entraînant des réponses négatives de la part de leurs partenaires. L'humour positif, qui met en valeur la complicité et l'attachement est celui qui « marcherait » le mieux…

Source: Personality and Social Psychology Bulletin- online February 3, 2013 (Visuel© mariesacha - Fotolia.com)

1. In Sickness and in Wealth: Psychological and Sexual Costs of Income Comparison in Marriage

2. Implicit Theories of Relationships and Close Relationship Violence: Does Believing Your Relationship Can Grow Relate to Lower Perpetration of Violence?

3. (Not) Bringing up Baby: The Effects of Jealousy on the Desire to Have and Invest in Children

4. It's in the Way that You Use it: Attachment and the Dyadic Nature of Humor during Conflict Negotiation in Romantic Couples (à paraître)

Lire aussi sur Mariage et santé