Vous recherchez une actualité
Actualités

Sécurité des MÉDECINS: Est-ce plus dangereux d'être médecin en 2012?

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 3 semaines
CNOM

Moins de victimes mais plus d’agressions verbales et d’incidents en milieu urbain, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) marque une nouvelle fois son inquiétude sur un nombre de déclarations d’incidents bien supérieur à la moyenne nationale constatée depuis la création de son Observatoire, créé en 2002. Des résultats 2011 de l’Observatoire de la sécurité des médecins qui incitent, selon le CNOM à intensifier les actions de prévention et de sensibilisation menées sur le terrain pour protéger les médecins.

Le protocole national de sécurité signé en avril 2011 avec les ministères de l'Intérieur, de la Justice et de la Santé, qui doit garantir aux médecins un exercice sécurisé et lutter contre la désertification médicale devra poursuivre sa déclinaison départementale. A ce jour, 62 départements ont pris en compte ce protocole et des mesures concrètes pour assurer la sécurité des médecins ont été déployées dans 37 d'entre eux.


Le léger recul du nombre de violences l'égard des médecins (822 en 2011 contre 920 en 2010) et du taux de victimation (0,41 pour 0,46 en 2010) qui transparait avec ce nouvel observatoire, doit être pondéré par un nombre de déclarations d'incidents bien supérieur à la moyenne nationale (651), et par un déficit de dépôt de plainte qui s'accentue de manière inquiétante (régression de 4% par rapport à 2010).

Les agressions verbales sont en hausse depuis 2007 alors que les vols connaissent une légère baisse tout en constituant la deuxième cause de sinistre (23% des déclarations), tout comme les agressions physiques (13% en 2010 contre 16% en 2009). C'est en centre que les incidents connaissent la plus forte augmentation depuis 4 ans.

Les médecins généralistes, les ophtalmologistes et les gynécologues sont les plus touchés par l'insécurité. Les MG représentent 60% des victimes alors qu'ils ne sont que 55% de la population médicale. Si les ophtalmologistes constituent toujours la spécialité (hors généralistes) la plus affectée par les agressions, on constate une hausse importante d'agressions (+ 5%) envers les gynécologues obstétriciens, deuxième spécialité la plus affectée (elle occupait la 5e position en 2010). Suivent les psychiatres, les médecins du travail et les dermatologues. Les hommes sont un peu plus agressés que les femmes.

Une « mauvaise prise en charge » est la cause de l'agression la plus souvent rapportée (212 cas concernés sur les 822 déclarations recensées). Viennent ensuite les tentatives de vols ou encore le refus de prescription et un temps d'attente jugé excessif.

Comme pour l'accès aux soins, l'agression des médecins suit une forte disparité selon les régions, avec la Seine Saint-Denis en tête des déclarations d'incidents, puis le Nord, l'Isère, Paris et le Val d'Oise. «Même si le taux de victimation au sens strict du terme n'est pas majeur, il reste que la violence a un impact psychologique significatif auprès des médecins qui exercent dans les départements les plus concernés par l'insécurité.», explique le Docteur Bernard Le Douarin, Coordonnateur National de l'Observatoire pour la sécurité des médecins.

Autres actualités sur le même thème