Vous recherchez une actualité
Actualités

SEXUALITÉ: Le plus est parfois l'ennemi du bien

Actualité publiée il y a 4 années 2 jours 9 heures
Social Psychological and Personality Science

La fréquence des rapports sexuels ne fait pas le bonheur : les couples qui ont des rapports sexuels en moyenne une fois par semaine s’avèrent en général plus heureux, reconnait cette étude l'Université de Toronto-Mississauga, cependant, en matière de sexualité, plus est parfois l’ennemi du bien : tout dépend des besoins sexuels de chacun. Autre confirmation, le sexe plus que l'argent, fait le bonheur. A lire dans la revue Social Psychological and Personality Science.

De précédentes études ont prôné la fréquence des relations sexuelles comme un gage de bonheur du couple ou, plutôt, l'association entre une fréquence des rapports et un niveau de bonheur élevé au sein du couple. Mais cette étude, basée sur les données recueillies auprès de plus de 20.000 Américains suivis sur 40 ans, met cette idée reçue à mal. Son résultat peut-être le plus remarquable, est que c'est à la fréquence hebdomadaire que l'association entre relations sexuelles et bonheur du couple est la plus forte. Cependant, au-delà, l'étude suggère, sans recommander de norme de fréquence, que le maintien de cette relation intime avec le partenaire est évidemment primordial pour l'équilibre et le bien-être du couple.


Les chercheurs ont analysé les données de fréquence sexuelle et de bonheur déclaré de plus de 25.000 participants, 11.285 hommes et 14.225 femmes) participant à la cohorte General Social Survey menée de 1989 à 2012 par l'Université de Chicago. Cette étude couvre un large éventail de questions sociologiques, dont les relations interethniques, la religion et le sexe.

Le plus est parfois l'ennemi du bien : l'analyse montre en effet que,

· le bonheur a tendance à augmenter avec une sexualité "fréquente" mais l'association commence à faiblir au-delà d'un rapport sexuel par semaine,

· ce qui est une moyenne pour les couples « établis ».

· aucune différence d'association n'est constatée avec le sexe, l'âge ou la durée de la relation : les résultats sont cohérents pour les hommes et les femmes, les jeunes et les moins jeunes, les couples mariés depuis quelques années ou quelques décennies.

· Cette association vaut pour les couples et non pour les personnes vivant seules pour lesquelles le lien entre le sexe et le bonheur dépend d'un certain nombre d'autres facteurs, dont le contexte de la relation sexuelle.

Le sexe fait le bonheur plus que l'argent : Les chercheurs ont également mené un sondage en ligne auprès de 335 participants dont 138 hommes et 197 femmes, partenaires de long terme qui vient confirmer la première analyse. En analysant en plus les données de revenus, les chercheurs identifient un impact plus fort d'une sexualité épanouie et comblée sur le bonheur du couple que celui de revenus élevés. «On pense souvent que plus d'argent et plus de sexe égalent plus de bonheur, mais ceci est vrai jusqu'à un certain point », expliquent les auteurs.

La qualité de la relation plus que le sexe pèse sur le bien-être et le bonheur du couple, montre une 3è étude menée sur 2.400 couples mariés suivis durant 14 ans et interrogés à 3 reprises. Cette 3è vague confirme qu'une fréquence hebdomadaire des relations sexuelles correspond « aux meilleures relations » de couple, sans avantage apparent de se livrer à des rapports sexuels plus souvent !

Bref, en matière de sexualité, il n'y a pas de règle particulière sauf l'importance de maintenir une connexion intime avec son partenaire, et sans exercer de pression bien sûr sur la fréquence des relations sexuelles.

Source: Social Psychological and Personality Science November 18, 2015, doi: 10.1177/1948550615616462 Sexual Frequency Predicts Greater Well-Being, But More is Not Always Better

Lire aussi: SEXUALITÉ: Ce que chaque sexe recherche chez son partenaire -

Autres actualités sur le même thème