Vous recherchez une actualité
Actualités

SUICIDES: Le lourd tribut de la récession et du chômage

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 1 semaine
BMJ

Chaque augmentation de 10% du nombre de chômeurs s’avère associée à une augmentation de 1,4% des suicides masculins. La crise et la hausse du chômage auraient ainsi été responsables de plus de 1.000 suicides en Angleterre selon cette étude britannique, mais sans doute extrapolable aux autres pays européens. Des conclusions publiées dans l’édition du 14 août du British Medical Journal qui rappellent que ces facteurs socio-économiques doivent être pris en compte dans l’évaluation de la santé mentale, en particulier des groupes les plus vulnérables.

Les chercheurs de l'Université de Liverpool, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de l'Université de Cambridge ont passé en revue les taux de suicide des 93 régions anglaises les plus touchées par la période de récession économique de 2008 à 2010. Les décès liés à des blessures indéterminées ont également été incluses, pour couvrir les cas où un verdict ouvert n'utilise pas directement la classification de suicide. Si des recherches précédentes ont déjà suggéré que le chômage augmente le risque de suicide, les facteurs sous-jacents n'ont pas précisément été identifiés. Les auteurs font référence « au prix à payer » de la politique d'austérité du gouvernement et de ses réductions à grande échelle en matière d'emploi dans le secteur public. Ils estiment ainsi que près de 40% de la hausse récente des suicides chez les hommes (329 suicides supplémentaires, IC : 95% de 126 à 532) pendant la période de récession 2008-10 peuvent être directement attribués à la hausse du chômage, et le reste à l'insécurité du travail et à la dépression qui lui est associée.


L'étude constate, au cours de la période, 1.001 suicides supplémentaires par rapport aux taux de suicide précédents dont 846 suicides « supplémentaires » chez les hommes et 155 suicides chez les femmes. Pour chacune des régions étudiées, les auteurs constatent que chaque augmentation de 10% du taux de chômage est significativement associé à une augmentation de 1,4% des suicides masculins (IC : 95% de 0,5% à 2,3%), ce qui suggère une plus forte vulnérabilité des hommes, très probablement plus directement touchés par l'effet défavorable sur la santé mentale par le chômage et la précarité. Ainsi, chez les femmes, il n'y a pas d'association significative entre le chômage et les taux de suicide.

Si l'étude ne peut prouver avec certitude que le ralentissement économique et le chômage ont directement provoqué une hausse des taux de suicide, elle le suggère très fortement et, en tous cas démontre l'association des tendances. Une conclusion préoccupante, en particulier pour les groupes les plus vulnérables de la population qui paient le prix des coupes budgétaires.

Source: BMJ Published online August 14 2012 doi: 10.1136/bmj.e5142 Suicides associated with the 2008-10 economic recession in England: time trend analysis.

Accéder aux dernières actualités sur le thème du Suicide

Lire aussi : Europe: Crise, chômage et taux de SUICIDE

SUICIDE: Son taux augmente avec la gravité de la crise économique


Interstitiel mediset

Autres actualités sur le même thème

Pages