Vous recherchez une actualité
Actualités

TÉLÉVISION et moins de 3 ans: Le CSA met en garde Free et avertit SFR et Orange

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 3 semaines
CSA

Alors qu’une délibération de juillet 2008 protège les enfants de moins de 3 ans des effets de la télévision, et que c’est le rôle du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'assurer la protection du très jeune public à l'encontre des programmes susceptibles de freiner son développement, ce bilan 2011/2012 du respect par les distributeurs de la délibération visant à protéger les enfants de moins de 3 ans des effets de la télévision aboutit à une mise en garde de Free et à une intervention auprès de SFR et d'Orange.

Il a été suggéré, par plusieurs études, qu'être exposé ou regarder la télévision à un très jeune âge, soit moins de 3 ans, entraîne des retards de développement tels que la passivité, les retards de langage, l'agitation, les troubles du sommeil et de la concentration ainsi que la dépendance aux écrans et favorise la sédentarité puis l'obésité plus tard dans la vie. Rappelons une étude publiée dans les Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine qui montrait que la télévision, simplement allumée, provoque chez les petits enfants de moins de 2 ans, un déficit de leur capacité d'écoute et d'expression.


Avant 3 ans, l'échange et la stimulation avec des personnes, indispensables au bon développement des enfants ne sauraient être remplacés par la télévision. Le concept de programme de télévision adapté à l'enfant de moins de 3 ans n'est donc pas jugé légitime et souhaitable. Le ministère de la santé a lui-même déconseillé la consommation de la télévision jusqu'à l'âge d'au moins 3 ans. Selon la délibération de juillet 2008, il est donc du CSA de prendre les dispositions nécessaires à la protection de la santé et du développement des jeunes enfants, en particulier les enfants de moins de 3 ans, plus vulnérables aux effets néfastes de la télévision.

Orange, SFR et Free doivent rectifier le tir : Le bilan 2011/2012 du CSA du respect par les distributeurs de cette délibération montre que si Bouygues et Numéricable se sont conformés à la délibération, ce n'est pas le cas d'Orange, SFR et Free pour lesquels plusieurs manquements ont été relevés, notamment ceux relatifs à l'information des abonnés. Le message de prévention de Free, par ailleurs s'avère non-conforme. La présentation de la chaîne Baby TV sur le site internet de SFR est de nature promotionnelle et manque d'un message d'avertissement obligatoire sur son site. Orange devra pour sa part, augmenter le rythme de diffusion du message d'avertissement…

Autres actualités sur le même thème

Pages