Vous recherchez une actualité
Actualités

ARRÊT du TABAC: Peur de prendre du poids?

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 2 semaines
Tobacco Control

Alors que les études présentent des conclusions mitigées sur les effets de l’arrêt du tabac sur la prise de poids, cette crainte reste un obstacle majeur au sevrage tabagique. Les femmes, surtout, en particulier les fumeuses, préoccupées par leur poids, sont moins susceptibles d'essayer d'arrêter. C’est la conclusion de cette étude de l’Université de l'Illinois à Chicago, présentée dans la revue Tobacco Control et l’occasion de rappeler quelques données scientifiques sur l’association « arrêt du tabac et prise de poids ».

Ainsi, les femmes qui croient que fumer permet de mieux gérer son poids sont moins susceptibles d'essayer d'arrêter et, globalement, « répondent » moins bien aux campagnes de prévention ou de lutte contre le tabagisme. «Les préoccupations concernant le poids sont un obstacle important au sevrage tabagique », résume le Dr Shang de l'Université de l'Illinois, auteur principal de l'étude.


Tabac et prise de poids, mythe ou réalité ? De nombreux anciens fumeurs prennent du poids après avoir arrêté de fumer en raison d'une combinaison de facteurs, a monté cette étude de 2013, publiée dans la revue PLoS ONE. L'étude suggère que l'arrêt de l'effet de la nicotine incite le corps à brûler des calories plus rapidement ou encore accroît le réflexe de manger pour contrer l'envie de fumer. La même étude estime la prise de poids à 7 kg en moyenne et à court terme pour 80% des fumeurs qui arrêtent. Une prise de poids indépendante –en partie- de l'apport calorique qui s'explique par la modification du microbiote à la suite de l'arrêt du tabac.

Une autre étude, publiée dans le JAMA, constate que dans les 4 ans suivant l'arrêt du tabac, la prise de poids moyenne peut être estimée à 2,7 kg, à comparer à 0,9 kg pour les « démissionnaires » de long terme et à 1,4 kg pour les non-fumeurs.

D'autres études, comme celle tout récemment présentée à la Réunion annuelle ENDO 2015 de l'Endocrine Society (San Diego), montrent qu'en général ces modifications métaboliques ne durent qu'à court terme et qu'en fin de compte, l'arrêt du tabac va permettre une meilleur redistribution des graisses. Bien évidemment, le régime alimentaire et la pratique de l'exercice physique peuvent aussi, venir compenser ce changement biologique et métabolique qu'est l'arrêt du tabac.

Cette nouvelle étude suggère que les femmes peuvent avoir besoin de soutien et de réponses à leurs préoccupations sur ce risque de prise de poids conclut l'analyse des données de 10.000 fumeurs et fumeuses, de 22 pays menée dans le cadre de l'ITC Project (International Tobacco Control Policy Evaluation Project).

· Les fumeuses qui ne croient pas à l'influence du tabagisme sur le maintien du poids, une augmentation de 10% du prix des cigarettes est associée à une augmentation de 6% des tentatives d‘arrêt,

· chez les femmes qui pensent le contraire, l'augmentation du prix des cigarettes n'a pas d'effet.

· chez les fumeuses qui ne croient pas à l'influence du tabagisme sur le maintien du poids, une augmentation de 10% de l'exposition à des messages anti-tabac est associée à une augmentation de 12% des tentatives,

· chez les femmes qui pensent le contraire, aucune augmentation des tentatives d'arrêt n'est constatée avec les messages de Santé publique.

Les auteurs notent également –avec ironie- que ceux qui fument le plus sont aussi les plus susceptibles d'être atteints d'obésité. Bref, il s'agit de s'attaquer au mythe, expliquent-ils, pour mieux expliquer aux femmes qu'arrêt du tabac ne rime pas forcément avec prise de poids.

Source: Tobacco Control 2 February 2015 doi:10.1136/tobaccocontrol-2014-051886 Weight control belief and its impact on the effectiveness of tobacco control policies on quit attempts: findings from the ITC 4 Country Project

Plus de 50 études sur le Tabac

Lire aussi : TABAC: S'arrêter n'est pas synonyme de surpoids! -

Autres actualités sur le même thème