Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER COLORECTAL: L'aspirine en prévention oui, mais avec le bon gène!

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 12 heures
Science Transational Medicine

L'aspirine peut réduire le risque de certains cancers au point que certains experts recommandent qu’elle fasse partie intégrante des mesures de prévention et/ou des traitements du cancer. Cette étude de la Case Western Reserve University, apporte une précision remarquable sur le rôle préventif du médicament contre le cancer colorectal en identifiant un profil génétique nécessaire à cet effet. Selon les conclusions publiées dans Science Transational Medicine, des niveaux élevés d’une protéine spécifique s’avèrent ici être en effet une condition sine qua non à cet effet préventif.

L'aspirine a déjà été fréquemment évoquée pour sa capacité à prévenir certains cancers, le cancer de l'ovaire, le mélanome et les cancers de la peau, à améliorer la survie après le cancer de la prostate et du côlon, et à un risque moindre de décès par cancer. L'American Cancer Society a même recommandé que la prévention des cancers par l'aspirine soit officiellement reconnue. Cette nouvelle étude précise comment certaines personnes qui présentent un niveau suffisant de l'enzyme nommée 15-PGDH.


C'est une sacrée découverte que celle de cette équipe internationale qui a analysé les données de 2 études cohortes portant, au total sur 127.865 participants et analysé des biopsies de tissus de 270 patients atteints de cancer du côlon. Les chercheurs constatent que les personnes dont les côlons présentent des niveaux élevés de cette protéine spécifique, 15-hydroxy déshydrogénase (15PGDH) présentent un risque considérablement réduit, de 50% en moyenne, de développer un cancer colorectal lorsqu'elles prennent de l'aspirine. Mais, en cas de faibles niveaux de cette protéine, l'aspirine est sans effet. Ces résultats contribuent à expliquer pourquoi l'aspirine est efficace en prévention de ce cancer chez certains sujets seulement.

L'aspirine et 15PGDH doivent travailler ensemble : Les mécanismes d'action du gène 15PGDH et de l'aspirine en font des acteurs clés de la pathogenèse du cancer du côlon. Les prostaglandines favorisent le développement du cancer du côlon et l'aspirine inhibe la production de prostaglandines. 15PGDH contribue également à prévenir le développement du cancer du côlon en catalysant cette réaction d'inhibition des prostaglandines. L'aspirine et 15PGDH doivent travailler ensemble pour prévenir efficacement le cancer du côlon.

Développer un test pour cibler l'usage préventif de l'aspirine : Le Pr Sanford Markowitz, professeur de génétique du cancer à la Case Western et auteur principal de l'étude explique que ces résultats vont permettre de cibler ce mode de prévention, pour un cancer qui reste la seconde cause de décès par cancer. Reste néanmoins à préciser, concluent les auteurs, s'il est possible de développer un test permettant ce ciblage et ensuite identifier les effets éventuels de l'aspirine, en fonction des niveaux de 15PGDH, sur le traitement et la récidive des cancers. Mais, ajoute-t-il, « au cours d'une coloscopie, un gastro-entérologue peut facilement et en toute sécurité prendre une biopsie supplémentaire du côlon pour déterminer si un traitement préventif par l'aspirine préventive pourrait être approprié ».

Un bon exemple d'épidémiologie moléculaire pathologique: La partie moléculaire de la pathologie concerne ici l'analyse des niveaux d'expression des gènes dans le côlon et ses effets sur la pathogenèse moléculaire, l'épidémiologie concerne la collecte et l'analyse des données sur l'utilisation de l'aspirine dans la population. L'épidémiologie moléculaire pathologique est une intégration de ces deux types d'analyse.

Source: Science Translational Medicine 23 April 2014 DOI: 10.1126/scitranslmed.3008481 Aspirin and the Risk of Colorectal Cancer in Relation to the Expression of 15-Hydroxyprostaglandin Dehydrogenase (HPGD)

Pour en savoir plus sur l'Aspirine

Autres actualités sur le même thème