Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE: Chimio + hormonothérapie pour gagner 10 mois de survie

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 4 semaines
ASCO

Un protocole décrit comme innovant et prometteur dans d'autres domaines de l'oncologie que le cancer de la prostate: c’est celui proposé par la large étude britannique Stampede, dont les résultats viennent d’être remarqués à l’occasion de la grande réunion annuelle en cancérologie, celle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO). L’ajout de la chimiothérapie à l'hormonothérapie standard permet de prolonger significativement la vie en cas de cancer de la prostate avancé.

L'essai montre en effet que l'ajout de la chimiothérapie par docétaxel à l'hormonothérapie standard améliore de 10 mois la survie des hommes atteints du cancer de la prostate avancé, récemment diagnostiqués et non précédemment traités par hormonothérapie. Deux autres combinaisons également testées ne montrent, en revanche, aucun avantage : il s'agit des combinaisons acide zolédronique + hormonothérapie (vs hormonothérapie) et acide zolédronique + docétaxel (vs docétaxel).


L'essai STAMPEDE, pour Systemic Therapy in Advancing or Metastatic Prostate Cancer: Evaluation of Drug Efficacy est l'étude la plus importante jamais menée sur ce cancer, avec plus de 6.500 patients recrutés depuis 2005, atteints du cancer de la prostate. 60% de ces participants avaient un cancer avec métastases et les autres patients, un cancer très avancé. L'étude est pilotée par une équipe de l'University College de Londres, avec pour objectif l'évaluation de nouvelles thérapies. Ici, c'est l'analyse des données portant sur 2.962 participants atteints, encore naïfs d'hormonothérapie, répartis en 4 groupes de traitements différents, qui montre, après un suivi médian de 42 mois, que

· la survie globale est allongée de 10 mois dans le bras docétaxel + hormonothérapie soit une survie globale de 77 mois, soit une amélioration relative de la survie de 24%.

· Dans le même bras et pour le sous-groupe de patients atteints au stade métastatique, l'amélioration moyenne de la survie globale s'avère encore plus élevée, soit de 22 mois, pour une survie totale de 65 mois.

· Chez l'ensemble des patients du bras docétaxel + hormonothérapie, le docétaxel prolonge également la survie sans progression de 38%.

Des résultats qui doivent encore être confirmés : 2 essais précédents, plus modestes, avaient conclu de manière contradictoire (l'un de manière positive, l'autre pas) sur les bénéfices du docétaxel en situation métastatique hormono-naïve. Il faudra donc mieux comprendre le processus sous-jacents à l'action du médicament. Cependant, les auteurs recommandent déjà le docétaxel comme une option de première intention pour les patients atteints de cancer de la prostate métastatique, nouvellement diagnostiqués. Prenant en compte, en particulier, la réduction du risque de rechute observé et les effets secondaires limités, décrits comme tout à fait « gérables ».

N.B. L'étude a été cofinancée par les Laboratoires Sanofi-Aventis, Novartis, Pfizer, Janssen, et Astellas.

Source: ASCO Adding Chemotherapy to Initial Therapy Extends Lives of Men With Advanced, Hormone-Naïve Prostate Cancer ( Visuel NIH @ Welcome Images) Plus d'études sur le Cancer de la Prostate

Autres actualités sur le même thème