Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS: Des experts du monde entier travaillent sur son potentiel thérapeutique

Actualité publiée il y a 4 années 10 mois 3 jours
AAAS et CUSM

En plein débat sur l'utilisation du cannabis à des fins récréatives, ces chercheurs de l’Université McGill étudient son efficacité dans le traitement de la douleur, de la spasticité et d'une multitude d'autres problèmes médicaux. Leur présentation à la Réunion annuelle de l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS) a permis également un échange de différents experts sur le potentiel thérapeutique du cannabis médical. Une voie de recherche officialisée à part entière, avec ce communiqué de synthèse de l’Université McGill.

« Nous devons étendre notre compréhension du rôle des cannabinoïdes dans le domaine de la santé et de la maladie par la recherche et par l'éducation des patients, des médecins et des décideurs politiques », a expliqué le Dr Mark Ware, directeur de la recherche clinique de l'Unité de gestion de la douleur du Centre universitaire de santé McGill (Canada).


· En tant que spécialiste de la douleur, le Dr Ware voit régulièrement des patients souffrant de douleur chronique sévère à sa clinique, et pour certains d'entre eux, la marijuana semble être une option valable. « Je ne crois pas que tous les médecins doivent prescrire du cannabis médical, ou que tous les patients peuvent en tirer profit, mais il est temps de renforcer notre base de connaissance scientifique et d'en discuter de façon éclairée avec les patients. » Un nombre croissant de juridictions dans le monde permet l'accès au cannabis, et toute une gamme d'initiatives politiques émergentes tente d'en réguler la production, la distribution et l'autorisation. Il est largement admis qu'il y a peu de preuves qui viennent soutenir l'utilisation du cannabis comme agent thérapeutique. Cependant, plusieurs médicaments à base de tétrahydrocannabinol (THC), l'ingrédient psychoactif du cannabis, ont été approuvés comme produits pharmaceutiques.

· Le Pr Roger Pertwee, éminent chercheur dans le domaine du cannabis et codécouvreur de la présence de tétrahydrocannabivarine (THCV) dans le cannabis dans les années 70, a récemment publié, avec des collaborateurs, des résultats indiquant un certain potentiel thérapeutique à l'utilisation du cannabis dans le British Journal of Pharmacology. « Nous avons observé qu'un composant non psychoactif du cannabis appelé tétrahydrocannabivarine, mieux connu comme THCV, produit des effets anti-schizophréniques dans un modèle préclinique de la schizophrénie », dit Pertwee, professeur de neuropharmacologie à l'Université d'Aberdeen. « Cette découverte nous met sur la piste d'une nouvelle utilisation thérapeutique potentielle pour ce composant. »

· Neuropsychiatre et directeur du « Center for Medicinal Cannabis Research (CMCR) » (Centre de recherche sur le cannabis médical) à l'Université de Californie, San Diego, le Dr Igor Grant s'intéresse aux effets neuropsychiatriques de l'utilisation de la marijuana à court et à long terme. Le CMCR a supervisé quelques-unes des recherches les plus approfondies sur les effets thérapeutiques de la marijuana médicale aux États-Unis. "Malgré l'idée communément répandue que l'utilisation du cannabis entraîne des séquelles au cerveau, les méta-analyses d'études neurocognitives approfondies ne parviennent pas à démontrer un déclin cognitif significatif pour les utilisateurs récréatifs," ajoute-t-il. "De plus, en imagerie cérébrale, les résultats sont variables et les études les mieux conçues montrent des effets nuls." Selon le Dr Grant, alors qu'il est plausible de supposer que l'exposition du cannabis chez les enfants et les adolescents pourrait entraver le développement du cerveau ou prédisposer à la maladie mentale, les données tirées d'études prospectives bien conçues font défaut.

Autres actualités sur le même thème