Vous recherchez une actualité
Actualités

Carence en VITAMINE D: Un risque cardiaque variable selon l'ethnicité

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 1 semaine
JAMA

L’association entre de faibles niveaux de vitamine D et le risque d'événements coronariens varie selon la race et l'origine ethnique, suggère cette étude de l’Université de Washington. Ainsi, un faible taux sérique de 25-hydroxyvitamine D est associé ici à un risque accru de coronaropathie chez les participants blancs ou chinois, mais pas chez les participants noirs ou hispaniques. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 10 juillet du JAMA suggèrent que la supplémentation en vitamine D devrait être pesée aussi en fonction de la race et l'ethnicité.

De précédentes études ont affecté à la vitamine D de nombreux bénéfices, dans la réduction des symptômes de l'asthme et la santé pulmonaire, l'amélioration des fonctions musculaires, la réduction du déclin de la vision dans la DMLA, ou du déclin de la mémoire dans l'Alzheimer, jusqu'à booster la fertilité…Autant d'effets bénéfiques qui viennent s'ajouter à sa « fonction » principale, contribuer à l'absorption du calcium et du phosphate pour maintenir nos os en bonne santé. Autre point largement évoqué, vitamine D et obésité, car l'obésité carence en vitamine D mais une carence en vitamine D pourrait aussi mener à l'obésité. Mais jusqu'ici, peu d'études avaient regardé les bénéfices et les risques de la supplémentation en vitamine D en fonction de la race et de l'ethnicité.


Des taux faibles de 25-hydroxyvitamine D ont été systématiquement associés à un risque accru de maladie coronarienne mais sans prouver qu'une supplémentation en vitamine D pourrait résoudre le problème. La plupart des études sur la vitamine D et le risque de maladie coronarienne ont porté sur des populations majoritairement blanches, pourtant le métabolisme de la vitamine D varie considérablement selon la race et l'ethnicité, précise le Pr Cassianne Robinson-Cohen, de l'Université de Washington. Son équipe a examiné l'association entre taux sériques de vitamine D et l'incidence d'événements coronariens (crise cardiaque, angine de poitrine ou décès d'origine coronarienne) sur une population multiethnique de 6.436 participants, âgés en moyenne de 62 ans et suivis durant plus de 8 ans.

L'équipe constate que,

· la concentration sérique moyenne de 25-hydroxyvitamine D varie considérablement selon la race,

· 361 participants ont eu une maladie coronarienne durant le suivi de l'étude,

· l'association entre le niveau de vitamine D et le risque de coronaropathie est extrêmement variable selon la race,

· un taux sérique faible est associé à un risque significativement plus élevé de maladie coronarienne chez les participants blancs, avec un risque accru de 26% par diminution de 10 ng / mL de 25 OH D et chez les participants chinois, avec un risque accru de 67% par diminution de 10 ng / mL de 25 OH D.

· Aucune association n'est constatée chez les participants noirs ou hispaniques.

5 essais cliniques sont actuellement en cours pour déterminer si la supplémentation en vitamine D a réellement un effet significatif sur le risque de maladie coronarienne. Un seul, précisent les auteurs, prend en compte la dimension multi-ethnique, bien qu'elle s'avère désormais essentielle pour déterminer si les effets varient selon la race.

Source: JAMA 2013; 310(2):179-188 July 09, 2013 Association of Low Vitamin D Levels With Risk of Coronary Heart Disease Events Differs By Race, Ethnicity

Accéder aux dernières actualités sur la Vitamine D

Lire aussi : VITAMINE D: Mais quelles sont les allégations de santé justifiées?

Accéder au Dossier vitamines et Minéraux pour le patient âgé Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème