Vous recherchez une actualité
Actualités

HORLOGE BIOLOGIQUE: Le cortisol pour une resynchro

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 4 semaines
The FASEB Journal

Remettre à l’heure une horloge biologique décalée en raison d’une nuit blanche, du travail posté ou encore d’un « jetlag », c’est le rêve de nombreuses équipes de recherche qui voient dans cette possibilité la capacité de rétablir l’équilibre métabolique, la qualité de sommeil ou encore une meilleure plasticité cérébrale. C’est aussi l’entreprise de cette équipe canadienne de l’Université McGill qui présente ses travaux dans le FASEB Journal.

Les auteurs rappellent que ces horloges circadiennes existent chez presque toutes les espèces de la planète et, chez les mammifères dont les humains dans la plupart des cellules et tissus de l'organisme. Elles permettent d'orchestrer sur un rythme quotidien notre physiologie, notre cycle veille/sommeil et notre métabolisme. Mais un dérèglement de l'horloge est associé à de nombreux troubles, dont les maladies métaboliques et certains troubles neuropsychiatriques, dont le trouble bipolaire, l'anxiété, la dépression, la schizophrénie et les troubles du sommeil. Si l'on est encore loin d'avoir identifié tous ses composants et décrypté l'ensemble de ses processus, certaines équipes de recherche ont déjà suggéré des cibles possibles ou des clés pour la remonter. Thérapie génique pour éteindre le gène clé SIK1 ou encore CK1 et permettre ainsi le « recalage » de l'horloge, développement d'un médicament agoniste de REV-ERB, un gène connu pour son rôle clé dans la régulation de l'horloge interne, « oscillations » ou exercice physique pour la remonter telle une montre, manipulation diététique notamment via l'insuline, ou supplémentation en acide lipoïque…


De précédentes études de la même équipe avaient montré que l'exposition des travailleurs à la lumière la nuit peut améliorer la synchronisation de l'horloge biologique centrale à ces horaires décalés. Cette nouvelle étude menée par Marc Cuesta, Nicolas Cermakian et Diane B. Boivin du Douglas Mental Health University Institute et de l'Université McGill University sur 16 volontaires sains isolées dans des chambres sans notion possible du temps et d'un cycle lumière-obscurité, montre, pour la première fois, que les horloges biologiques périphériques situées dans les globules blancs peuvent être synchronisées par l'administration de comprimés de glucocorticoïdes.

Horloges périphériques et horloge centrale cérébrale : Les chercheurs sont partis du principe que les horloges biologiques périphériques des organes dépendent et reçoivent des signaux de l'horloge centrale du cerveau. Ils montrent, en observant l'expression rythmique de gènes de l'horloge dans les globules blancs du sang en réponse aux glucocorticoïdes, que les glucocorticoïdes et en particulier le cortisol, semblent jouer un rôle central dans la transmission de ces signaux. Cependant, jusqu'à présent, ce rôle spécifique du cortisol n'avait jamais été évoqué. Ces résultats suggèrent –ou expliquent- le rôle des rythmes biologiques sur la fonction immunitaire- chez les travailleurs de nuit ou postés par exemple.

Cette nouvelle étape scientifique suggère l'utilisation des glucocorticoïdes pour synchroniser ou recaler toutes nos horloges périphériques en synchro avec l'horloge centrale.

Source : The Faseb Journal December 12, 2014, doi: 10.1096/fj.14-265686 fj.14-265686 Glucocorticoids entrain molecular clock components in human peripheral cells

(Visuel© yanlev - Fotolia.com)

Plus de 30 études sur l'Horloge biologique

Lire aussi : HORLOGE BIOLOGIQUE: L'acide lipoïque pour la remonter avec l'âge –

HORLOGE BIOLOGIQUE: La remettre à l'heure par manipulation diététique –

HORLOGE BIOLOGIQUE: Une enzyme clé pour la réinitialiser –

HORLOGE BIOLOGIQUE: Et si elle se remontait aussi par oscillations? –

HORLOGE BIOLOGIQUE: Un gène clé pour la remettre à l'heure -

L'HORLOGE BIOLOGIQUE, la clé qui démarre le moteur de la cellule -

Autres actualités sur le même thème