Actualités

MEDIATOR : L'Etat visé pour défaut de vigilance

Actualité publiée il y a 11 années 3 mois 1 semaine
Sécurité sanitaire

Alors que l’avocat des Laboratoires Servier a condamné publiquement l’ultimatum du Minstre de la Santé, laissant 7 jours aux Laboratoires pour faire une nouvelle proposition d’indemnisation recevable pour les victimes du Mediator, l’Etat essuierait aujourd’hui sa première demande directe d’indemnisation, pour défaut de vigilance, par lettre de demande adressée par la famille d’une victime, décédée en 2004. Une procédure qui vient s’ajouter aux premières plaintes déjà déposées à l’encontre de l’Afssaps. Après avoir reconnu, le 10 mars, leur responsabilité, les Laboratoires servier avaient annoncé la mise en place d'un fonds d'indemnisation. Ce fonds dédommagerait les victimes du Mediator en particulier celles présentant, à la suite de la prise du médicament, une incapacité permanente inférieure à 24 % et qui n’ont pas accès, dans ce cas, à l’indemnisation accordée par les Commissions régionales de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux (CRCI). Cette proposition était intervenue à la suite de l’arrêt cardiaque d’une patiente fin février dernier et la proposition des Laboratoires Servier avait alors sonné faux et tard. Une fois les victimes indemnisées par le fonds du laboratoire, elles ne pourraient plus prétendre, quoiqu’il arrive, à d’autres formes d’indemnisation.

Selon l'interview du 27 mars parue dans le Journal du Dimanche, une semaine de réflexion avait été laissée, par le Ministre de la Santé aux Laboratoires Servier, pour revoir leur proposition d'indemnisation. Une proposition que le Ministre de la santé avait jugé inacceptable. Mais les Laboratoires Servier n'ont pas accepté cet ultimatum.


Le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand s'était déjà exprimé contre un tel dispositif, invoquant la nécessité d'une réparation éthique au delà du point de vue financier, tout comme l'Inavem, l'Association des victimes et l'Assurance Maladie, par la voix de son Directeur général. Un tel processus d'indemnisation “à l'amiable” semblait donc d'ores et déjà repoussé. Par ailleurs, les Laboratoires Servier ouvraient, dans ce cas, un délai de recevabilité des demandes d'indemnisation que de 6 mois, alors que la commercialisation du Mediator s'est poursuivie durant 33 ans. Un délai jugé bien trop court par le Ministre de la Santé.

des recommandations très précises sur la prise en charge échocardiographique indiquée dans le cadre du suivi des patients exposés aux produits contenant du benfluorex - Mediator et ses génériques.

AFP, JDD, Inavem, RTL.

Echocardiography 2010 doi:10.1093/ejechocard/jeq172 « Valvular heart disease associated with benfluorex therapy: results from the French multicentre registry » (Received October 7, 2010- Accepted November 3, 2010- First published online: December 30, 2010 New England journal of Medicine 337:636August 28, 1997 « Valvular Heart Disease Associated with Dexfenfluramine »

Retrouveztoutes les actualités sur le Mediator

Commercialisé en France de 1975 à novembre 2009, le Mediator®, du laboratoire Servier présentait un risque de complications graves dans 0,5 cas pour 1000. Pourtant, la suspension de son AMM aura pris plus de 12 ans. 200 à 300.000 personnes auront été sous traitement, chaque année, jusqu'à fin 2009 et 7 millions de boîtes auront été vendues chaque année. 1,5 à 2 millions de patients auraient ainsi été exposés à Mediator® en France. L'analyse des prescriptions révèle que 20 % des prescriptions sont hors AMM. Le Médiator® aura fait au moins 500 morts en France.