Vous recherchez une actualité

Actualités

MORTINATALITÉ: 2 événements stressants suffisent à augmenter de 40% le risque

Actualité publiée il y a 5 années 5 mois 3 semaines
American Journal of Epidemiology

2 événements stressants subis par une femme durant l’année précédant la naissance de son enfant, sont associés à un risque accru de 40% de mortinaissance. Le risque accru de mettre au monde un enfant mort-né chez les femmes qui subissent un stress financier, émotionnel ou personnel, durant leur grossesse est ainsi confirmé par cette large étude des National Institutes of Health (NIH), publiée dans l'American Journal of Epidemiology. Un appel à une meilleure prise en compte « de la vie » des femmes durant les visites prénatales.

La mortinaissance est le décès du fœtus à 20 semaines ou plus de grossesse. Aux Etats-Unis, selon le National Center for Health Statistics, le taux de mortinatalité est d'1 pour 167 naissances, en France, la mortinatalité touche une naissance sur 110.


Cette étude a été menée auprès de plus de 2.000 femmes, suivies entre 2006 et 2008 dans 59 hôpitaux, interrogées dans les 24 heures suivant la naissance, sur les événements stressants subis durant l'année précédant la naissance, qu'ils soient affectifs, financiers, de type traumatisme, ou lié à leur partenaire (déménagement, perte d'emploi, agression physique, décès d'un proche…). Que leur grossesse ait abouti à une naissance vivante ou une mortinaissance, la plupart des femmes ont déclaré avoir subi au moins un événement stressant dans précédente. Mais les auteurs constatent que,

· 83% des femmes touchées par la mortinatalité vs 75% des femmes ayant eu une naissance vivante rapportent avoir subi un événement de vie stressant.

· 2 événements stressants subis sont associés à un risque accru de 40% de mortinaissance,

· près d'1 femme sur 5 touchée par la mortinatalité vs 1 femme sur 10 ayant eu des enfants vivants déclarent l'expérience récente de 5 événements stressants ou plus. Enfin, plus nombreux sont les événements stressants subis, plus le risque de mortinaissance apparaît élevé,

· ainsi, une femme victime de 5 événements stressants ou plus a un risque multiplié par 2,5 de mettre au monde un enfant mort-né par rapport à une femme qui n'en n'a subi aucun.

· Même après ajustement avec d'autres facteurs majeurs de risque (âge, antécédents de fausses-couches…) une femme victime de 3 à 4 événements stressants va rester à risque accru de mortinatalité.

Le Pr Marian Willinger, chef de la Direction générale de périnatalogie de l'Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health (NICHD) remarque à quel point les facteurs de stress importants sont fréquents dans la vie des femmes enceintes et insiste sur la nécessité pour les professionnels de santé de s'intéresser aussi, lors des visites prénatales à la vie de leurs patientes, afin de pouvoir leur proposer un soutien, si nécessaire.

Source: American Journal of Epidemiology doi: 10.1093/aje/kws381 online March 26, 2013 A Population-based Case-Control Study of Stillbirth: The Relationship of Significant Life Events to the Racial Disparity for African Americans

Lire sur la Mortinatalité

Autres actualités sur le même thème

Pages