Vous recherchez une actualité
Actualités

PROBIOTIQUES: Et s'ils pouvaient privilégier la digestion des fibres

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 1 semaine
Nature

Les fibres alimentaires sont bénéfiques à la santé, mais, en dépit de notre régime alimentaire omnivore, nous ne sommes pas bien équipés pour consommer et métaboliser la matière végétale complexe. En fonction des fibres consommées, certaines de nos bactéries intestinales peuvent ou ne peuvent pas digérer. Ces travaux menés à l’Université de York qui tentent d’identifier comment ces bactéries digèrent les glucides complexes, permettent de mieux comprendre les troubles nutritionnels et tracent de nouvelles voies pour de futurs pré et probiotiques.

Les probiotiques, sous forme d'aliments ou de suppléments sont des bactéries vivantes qui peuvent exercer un effet bénéfique sur la santé en favorisant la croissance des bonnes bactéries dans l'intestin. Les prébiotiques sont des nutriments non digestibles qui favorisent le développement des …probiotiques. Le « microbiote intestinal », qui fait l'objet de recherches de plus en plus nombreuses, a montré son rôle clé dans notre métabolisme et plus largement, la santé humaine.


Cette recherche internationale commence à décrypter comment nos bactéries intestinales métabolisent les glucides alimentaires complexes présents dans les fruits et légumes et précise notamment comment un groupe de bactéries de l'intestin, connues sous le nom bacteroidetes, procède pour digérer certains sucres complexes appelés xyloglucanes (Vignette), qui représentent jusqu'à jusqu'à 25% du poids sec des fruits et légumes, dont la laitue, l'oignon, l'aubergine et les tomates alimentaire.

Comprendre comment ces bactéries digèrent les glucides complexes permet aussi de mieux cerner certains troubles nutritionnels et métaboliques, comme le diabète et l'obésité.

Au fil des études, on comprend que ces fameuses Bacteroidetes favorisent l'accumulation de graisse, le diabète et que ce sont elles qui vont favoriser la prise de poids avec l'abandon du tabac. Les probiotiques en modifiant la composition du microbiote intestinal ont donc un rôle certain à jouer dans la prise en charge de ces troubles nutritionnels.

Mais les chercheurs vont plus loin dans l'étude des structures et des mécanistiques détaillés liés à des enzymes spécifiques, permettant de mieux identifier ainsi quelles bactéries sont ou ne sont pas capables de métaboliser certains fruits et légumes et quelles sont les « bonnes » bactéries à associer à chaque objectif. Les débuts d'une recherche fondamentale dont les implications dépassent déjà le domaine de la nutrition pour celui plus large de tout un éventail de maladies, et, au-delà de la santé, pour le développement de solutions énergétiques respectueuses de l'environnement telles que les biocarburants.

Source: Nature 19 January 2014 doi:10.1038/nature12907 A discrete genetic locus confers xyloglucan metabolism in select human gut Bacteroidetes (Visuel© fotoliaxrender - Fotolia.com)

Lire aussi : Santé du CÔLON: Des fibres, des fibres et moins d'antibiotiques -

Autres actualités sur le même thème