Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO: Les «winners» sont-ils toujours plus agressifs ?

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 2 semaines
Social Psychological and Personality Science

Cette étude de l'Ohio State University constate que les gagnants ont tendance à écraser les perdants, avec agressivité. L’étude, menée en collaboration avec trois chercheurs français, Dominique Muller et Emmanuelle Ceaux de l’Université de Grenoble et Baptise Subra, de l'Université Paris Descartes et publiée dans l’édition en ligne de mars de la revue Social Psychological and Personality Science est la première à examiner l’agressivité dans nos rapports de force. Au travail par exemple.

« Les gens ont tendance à piétiner ceux qu'ils ont vaincus, jusqu‘à les écraser complètement», explique Brad Bushman, co-auteur de l'étude et professeur de communication et de psychologie à l'Ohio State University. « En revanche, les perdants n'agissent pas vraiment de manière plus agressive vis-à-vis de ceux qui les ont vaincus », ajoute-t-il. Pourtant, les perdants pourraient marquer par l'agressivité leur colère contre ceux qui les empêchent de se sentir compétent. Mais d'autres recherches, comme celle-ci, ont déjà suggéré que l'agressivité est plutôt du côté des gagnants.


Les chercheurs ont mené 3 études connexes. La première étude a porté sur 103 étudiants des collèges américains qui ont été informés qu'ils seraient associés à un partenaire avec qui ils seraient en concurrence sur 2 tâches. Mais, en réalité, il n'y avait pas de partenaire.

On est « naturellement » winner ou looser : Dans la première expérience, des modèles de formes simples ont été présentés aux participants sur écran d'ordinateur pendant une fraction de seconde (70 millisecondes) seulement et ils devaient dire si le symbole du dollar était présent ou absent. Après 80 essais, tous les élèves ont dit leurs scores. La moitié d'entre eux ont dit qu'ils avaient fait mieux que leur partenaire supposé, et l'autre moitié qu'ils avaient fait pire. En d'autres termes, la moitié était des gagnants naturels et l'autre moitié des perdants naturels.

Des winners plus agressifs : La seconde expérience devait mesurer la réaction agressive. Les participants ont été informés qu'eux-mêmes et leur partenaire devraient appuyer sur un bouton aussi vite que possible à 25 reprises, les plus lents recevant un signal sonore dans ses écouteurs. C'était au vainqueur de décider du niveau et de la durée du signal sonore…Les résultats montrent que ce sont les « gagnants naturels » qui augmentent et prolongent le plus ce signal sonore. Dans une seconde étude, menée avec 34 étudiants, les chercheurs ont répété la même expérience, sauf que les chercheurs avaient précisé aux participants que les deux tâches nécessitaient des capacités différentes, et que ceux qui réussissaient la première tâche n'étaient pas obligatoirement bons sur la seconde. Mais les résultats, au bout du compte, restent identiques, les gagnants s'avèrent les plus agressifs.

Des gagnants qui s'ignorent, toujours très agressifs : Une troisième étude, impliquant 72 étudiants français a réparti les participants en 3 groupes, un groupe informé que leur partenaire avait fait mieux qu'eux sur le premier test, un groupe informé que leur partenaire avait fait moins bien qu'eux sur le premier test et un troisième groupe à qui, en raison d'une erreur informatique on ne pouvait pas dire qui était le gagnant. Cette étude a utilisé une mesure différente de l'agression : Au lieu d'envoyer un signal sonore à son partenaire, il s'agissait d'ajouter du Tabasco et du sel à sa boisson sucrée ! Les résultats montrent que les gagnants se montrent, encore une fois plus agressifs en comparaison des perdants. Dans le 3ème groupe, les perdants bien qu'ignorant leur statut restent moins agressifs, les gagnants plus agressifs.

Conclusion de l'auteur, les perdants doivent faire attention ! Prochaine étape, découvrir si les winners sont plus agressifs en général ou tout particulièrement avec ceux qu'ils dominent.

Source: Social Psychological and Personality Science February 15, 2012, doi: 10.1177/1948550612436984 « Winning makes people more aggressive toward the defeated
Lire aussi:PSYCHOLOGIE: Winner ou looser? Tout est dans le cerveau -

Autres actualités sur le même thème

Pages