Vous recherchez une actualité
Actualités

SUICIDE: Un sniff contre la dépression?

Actualité publiée il y a 7 années 2 mois 3 semaines
Recherche

3 millions de dollars investis par le Pentagone sur la recherche d'un spray nasal, à base de thyréostimuline, menée à l'École de médecine Université d'Indiana pour éliminer la dépression et prévenir le suicide. Justification de cet investissement impressionnant de l’armée américaine, le nombre grandissant de tentatives de suicide de soldats, soit 116 suicides depuis le début de l’année 2012 et 26 sur le seul mois de juillet.

La subvention a été accordée au Dr Michael Kubek, un expert de la thyréostimuline (ou thyroid-stimulating hormone TSH), une qui, depuis les années 70 a démontré ses propriétés anti-dépression donc anti-suicide. Cependant la difficulté avec ce composé chimique, réside dans le franchissement de la barrière hémato-encéphalique, ce qui le rend inefficace lorsqu'administré par voie orale ou sanguine et ne laisse que pour seul recours une injection directement dans la colonne vertébrale. Des nanoparticules biodégradables diffusées par spray nasal : Le Dr Kubek et son équipe ont donc développé un système de distribution basé sur des nanoparticules biodégradables diffusées par spray nasal, les particules étant absorbées par les cellules nasales, avant de se dégrader et de libérer le TSH directement dans le cerveau. Le chercheur suggère que la TSH pourrait donc traverser la barrière hémato-encéphalique avec ce mode d'administration nasale, en toute sécurité, et pourrait trouver des usages thérapeutiques, bien au-delà de l'armée américaine, en complément des antidépresseurs disponibles et particulièrement dans les situations de crise. Les chercheurs mettent en avant le caractère d'efficacité immédiate, non invasif et pratique de leur nouveau système. Le système de distribution est encore en cours de développement et les essais cliniques pourraient débuter dans un an.

Autres actualités sur le même thème