Vous recherchez une actualité
Actualités

TRAUMA : Les cannabinoïdes bloquent le développement du stress post-traumatique

Actualité publiée il y a 8 années 1 mois 1 jour
Neuropsychopharmacology

L'administration de cannabinoïdes après un événement traumatique bloque le développement du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), en tous cas chez le rat, selon cette étude menée à l'Université de Haïfa et publiée dans la revue Neuropsychopharmacology.

Les chercheurs parlent de « fenêtre d'opportunité» au cours de laquelle l'administration des cannabinoïdes est efficace sur les symptômes du SSPT. · Dans la première partie de l'étude, les chercheurs ont exposé un groupe de rats à un stress extrême, et ont observé que les rats développent des symptômes de SSPT, semblables à ceux des humains. Les rats ont ensuite été divisés en quatre groupes, un groupe sans cannabinoïdes, un groupe avec injection de marijuana deux heures après l'événement traumatique, un groupe avec injection 24 heures après et un groupe avec injection 48 heures après. Une semaine plus tard, les chercheurs constatent que le groupe sans marijuana et le groupe qui a reçu l'injection 48 heures après le traumatisme présentent toujours les symptômes d'un, ainsi qu'un niveau d'anxiété élevé.


En revanche, les symptômes du SSPT ont disparu chez les rats qui ont reçu de la marijuana 2 ou 24 heures après avoir subi le traumatisme, même si ces rats avaient alors aussi développé un niveau élevé d'anxiété.

"Cela suggère que la marijuana n'a pas effacé l'expérience du traumatisme, mais empêche le développement de symptômes post-traumatiques chez le rat", a déclaré le Dr Akirav, auteur principal de l'étude qui ajoute que les résultats suggèrent une fenêtre précise d'opportunité durant laquelle l'administration de marijuana est efficace. Parce que la vie humaine est beaucoup plus longue que celle des rats, explique l'auteur, on peut imaginer une fenêtre de temps plus longue pour les humains.

· Puis les chercheurs ont cherché à comprendre le mécanisme du cerveau mis en œuvre avec l'administration de la marijuana. Pour ce faire, ils ont répété la première étape de l'expérience, mais après le traumatisme ils ont injecté les cannabinoïdes directement dans l'amygdale du cerveau, la zone responsable de la réponse au traumatisme. Les chercheurs constatent que la marijuana bloque le développement des symptômes du SSPT.

Les chercheurs concluent que l'effet de la marijuana est bien médié par un récepteur situé dans l'amygdale.

Sources: Université d'Haïfa (Visuel) et Neuropsychopharmacology, 2011; DOI: 10.1038/npp.2011.204 Cannabinoids Prevent the Development of Behavioral and Endocrine Alterations in a Rat Model of Intense Stress (Vignette THC)

Autres actus sur Cannabis et santé

Lire aussi : CANNABIS et douleurs neuropathiques : Un bénéfice médical à nouveau démontré -

Autres actualités sur le même thème