Vous recherchez une actualité
Actualités

VIS-VIH: Un candidat vaccin empêche la réplication du virus

Actualité publiée il y a 8 années 10 mois 2 semaines
Cell Reports

C’est une équipe de l’Université Paris Descartes de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et de l’Université de Guangzhou (Chine) qui ouvre cette nouvelle voie de développement d’un vaccin contre le sida. Les conclusions de leurs recherches montrant que la suppression de l’activation des lymphocytes CD4 infectés par le VIS chez le macaque empêche la réplication du virus, viennent d’être publiées dans l’édition de décembre de la revue Cell Reports.

Généralement, expliquent les auteurs, les vaccins efficaces contre les infections virales entraînent la production d'anticorps neutralisants et parfois de lymphocytes T cytotoxiques (CTL) spécifiques au virus qui vont empêcher l'infection virale de se propager et / ou éradiquer le virus rapidement dès son entrée dans le corps. Mais ce processus n'a jamais pu être obtenu pour le VIH de type 1 (VIH-1), c'est-à-dire qu'aucun essai n'a montré la capacité de générer, avec des candidats-vaccins, une immunité de longue durée contre le VIH, hors l'essai « thaïlandais ». En revanche, les auteurs expliquent que l'activation des lymphocytes CD4 entraîne une augmentation de la réplication virale qui conduit à la dissémination du virus.


L'équipe de chercheurs dirigée par Jean-Marie Andrieu, professeur à l'Université Paris Descartes confirme avec ces recherches, que l'activation du lymphocyte CD4, cible du VIH chez l'homme et du virus de l'immunodéficience simienne (VIS) chez le macaque, est nécessaire à la réplication initiale du rétrovirus, puis à sa dissémination dans l'organisme. Pour aboutir à ce résultat, les chercheurs ont développé un vaccin oral comportant le VIS inactivé ne générant ni anticorps ni lymphocytes cytotoxiques mais générant une population de lymphocytes CD8 dit régulateurs qui vont supprimer l'activation des lymphocytes CD4 infectés par le VIS. Les chercheurs constatent qu'en supprimant ainsi l'activation des lymphocytes CD4, ils interrompent le cycle de réplication du virus VIS dans le lymphocyte CD4, protégeant ainsi les macaques de l'infection. 15 des 16 macaques vaccinés ont été totalement protégés.

Un résultat applicable au VIH ? Comme le VIS, le VIH requiert l'activation du lymphocyte CD4 pour s'y multiplier. Les scientifiques espèrent que ce prototype de vaccin oral pour le macaque soit adaptable à l'homme et pouvoir faire des essais sur le vaccin, en prévention comme en traitement de l'infection à VIH.

Source: Communiqué IRD et Cell Reports 20 December 2012 doi:10.1016/j.celrep.2012.11.016 Induction of CD8+ Regulatory T Cells Protects Macaques against SIV Challenge (Visuel SIV)

Autres actualités sur le même thème