Vous recherchez une actualité
Actualités

AMP: La France en manque de gamètes

Actualité publiée il y a 6 années 1 mois 1 semaine
Agence de la Biomédecine

En 2011, seules 402 donneuses d’ovocytes ont réalisé un don pour des couples infertiles. Le don de spermatozoïdes, avec 233 donneurs, est en baisse d’un tiers en 2011 vs 2010. Enfin, la PMA (ou AMP) en France reste très majoritairement intraconjugale réalisée avec les gamètes des 2 membres du couple. Ce sont les chiffres préoccupants communiqués au 11 juillet par l’Agence de la Biomédecine qui réfléchit aux actions possibles pour atteindre l’autosuffisance nationale concernant le don de gamètes.

23.127 enfants, soit 2,8% des naissances, sont nés grâce aux tentatives d'assistance médicale à la procréation réalisées en 2011. Mais seuls 0,16% soit 1.307 enfants sont issus d'un don de gamètes. La PMA ou AMP en France reste à 95% intraconjugale, réalisée avec les gamètes des 2 membres du couple, ainsi, principal constat de l'Agence, les dons de spermatozoïdes et d'ovocytes restent encore insuffisants pour satisfaire la demande des couples sollicitant un don de gamètes. Si en 2011, le nombre de donneuses d'ovocytes est en augmentation (403 vs 356 donneuses en 2010), le don de spermatozoïdes n'a réuni que 233 nouveaux donneurs (vs 306 en 2010).


Les tentatives (141.277), en légère hausse d'1% et recourent à des techniques différentes : insémination intra-utérine, fécondation in vitro (FIV), Intra Cytoplasmic Sperm Injection (ICSI), transfert d'embryon congelé (TEC), vitrification ovocytaire.

La liste des couples demandeurs s'allonge. Au 31 décembre 2011, 1.806 couples étaient inscrits dans un des 25 centres français pour bénéficier d'un don d'ovocytes. Il aurait fallu 900 donneuses supplémentaires pour répondre à leur besoin. Quant au don de spermatozoïdes, sa baisse s'ajoute au besoin de diversifier les profils des nouveaux donneurs, pour permettre de répondre au mieux au besoin d'appariement avec les futurs pères, au sein des couples infertiles demandeurs.

L'Agence de la biomédecine, qui devra sans doute revoir ses axes de communication, mène avec les professionnels de l'AMP une réflexion globale sur les actions possibles pour s'approcher d'une autosuffisance nationale concernant le don de gamètes.

Autres actualités sur le même thème