Vous recherchez une actualité
Actualités

ANTENNES RELAIS: Réduction des expositions, information des usagers, des pistes de réflexion

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 1 semaine
Ministères DD et Redressement productif

Faisabilité de la réduction des expositions aux radiofréquences émises par les antennes relais de téléphonie mobile et procédures de concertation et d’information pour nouvelles implantations, le Comité opérationnel sur les ondes de téléphonie mobile vient de remettre ses deux rapports au ministre de l’Ecologie et au ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif. Des améliorations en termes de réduction, de concertation et d’information semblent possibles.

Ce comité opérationnel a associé non seulement des experts scientifiques mais aussi l'ensemble des acteurs concernés dont les associations de défense des consommateurs.


· Le premier rapport tire des conditions de faisabilité des expérimentations menées, des mesures du niveau d'exposition aux antennes de téléphonie mobile relevées lors de ces expérimentations et d'une simulation des effets d'un abaissement des niveaux d'exposition.

L'état des lieux révèle qu'environ 90% des niveaux d'exposition modélisés sont inférieurs à 0,7 V/m et 99% à 2,7 V/m alors que les valeurs limites réglementaires sont comprises entre 40 V/m et 61 V/m pour les fréquences de téléphonie mobile. Rappelons ici, comme l'a fait l'Académie de médecine en tout début d'année que les antennes-relais entraînent une exposition aux champs électromagnétiques 100 à 100.000 fois plus faible que les téléphones portables. Ainsi, 24 H d'exposition à une antenne relais = 30 seconde de communication par mobile. Aujourd'hui, aucune preuve scientifique ne confirme le mécanisme par lequel les champs électromagnétiques dans cette gamme d'énergie et de fréquence pourraient avoir un effet négatif sur la santé. Ce qui n'exclut pas le principe de précaution. Le rapport précise néanmoins que les données de mesure sur les lieux les plus exposés montrent que, dans 20% des cas, les antennes relais ne sont pas la source principale d'exposition. Les autres sources sont notamment : bases de téléphone sans fil DECT, émetteurs radio FM ou téléphones portables à proximité, boîtiers multiservices Wifi….

Point encourageant, les simulations effectuées montrent qu'une réduction de l'exposition est fréquemment possible sans dégradation significative de la couverture.

· Le second rapport identifie de nouvelles procédures de concertation et d'information pour les nouvelles implantations, dont l'information obligatoire et préalable des occupants d'un bâtiment, la transmission par l'opérateur d'un dossier d'information au maire et l'information des instances de concertation départementales et la possibilité pour les maires de demander aux opérateurs des simulations du champ généré par une future antenne. Compte-tenu de l'hétérogénéité des structures mises en place à l'échelon local, le rapport recommande l'élaboration d'un guide de bonnes pratiques et le lancement de 2 études, l'une juridique concernant la nécessité d'une participation du public aux décisions d'implantations d'antennes relais, l'autre plus technique concernant la présentation des simulations de champs.

Ces réflexions devraient se poursuivre sous l'égide de l'Agence Nationale des Fréquences, et avec l'ensemble des parties prenantes.

Autres actualités sur le même thème