Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du PANCRÉAS: La piste prometteuse du cannibalisme tumoral

Actualité publiée il y a 9 années 2 mois 3 semaines
EMBO Molecular Medecine

Et si l'on parvenait à favoriser ce phénomène « naturel », ce cannibalisme entre cellules tumorales du cancer du pancréas, on parviendrait peut-être à inhiber la formation de métastases. La découverte de ce processus mais aussi la compréhension des mécanismes moléculaires qui le sous-tendent, décrites dans l'édition du 23 juillet en ligne de la revue EMBO Molecular Medecine, ouvrent une toute nouvelle voie thérapeutique pour ce cancer à très faible pronostic.


L'équipe du Docteur Juan Iovanna du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille explique ce processus d'ingestion et d'élimination de cellules tumorales, qui évite la formation de métastases et identifie les molécules impliquées. En modulant leur activité avec des composés pharmaceutiques, les chercheurs pensent pouvoir développer de nouvelles stratégies de traitement du cancer du pancréas, le cancer à plus faible pronostic de survie, soit 3 à 4% à 5 ans. En particulier si le cancer métastase après la chirurgie, alors l'espérance de vie se réduit à quelques mois.

Des cellules dans la cellule : Les cellules de carcinomes pancréatiques présentent des particularités morphologiques, expliquent les auteurs, et, en particulier comportent de grandes vacuoles qui contiennent d'autres cellules. Ces structures de cellules dans la cellule sont dues au cannibalisme par les cellules cancéreuses (les cellules hôtes) d'autres cellules cancéreuses (les cellules cibles).

La cannibalisation pour ou contre la propagation de la tumeur ? On peut faire objectivement 2 hypothèses contraires, à partir de ce phénomène : soit partir du fait qu'en se nourrissant, les cellules hôtes favorisent la croissance de la tumeur, soit, au contraire, partir de l'élimination des cellules cancéreuses cannibalisées et penser que le phénomène est plutôt propice à réduire la propagation de la tumeur. C'est en examinant la structure de cellules cancéreuses de 36 patients atteints du cancer du pancréas, que les chercheurs ont trouvé la réponse : Ils constatent une corrélation inverse entre la présence de cellules dans la cellule et le développement de métastases. Ce phénomène de cannibalisation cellulaire aurait donc bien un effet suppresseur de métastases. Car en fait, il ne s'agit pas, pour la cellule tumorale de se nourrir et le cannibalisme n'augmente pas quand les chercheurs suppriment tout nutriment du milieu de culture des cellules tumorales. De plus les cellules ingérées sont bien mortes à l'intérieur des cellules hôtes, une constatation qui va dans le sens d'une réduction de la tumeur.

L'inactivation de la protéine Nupr1 favorise la cannibalisation cellulaire: Alors que la protéine Nupr1 est associée au développement de métastases, son inactivation permet la cannibalisation. Les médicaments -comme la gemcitabine couramment utilisée en chimiothérapie contre le cancer du pancréas- qui pourraient inhiber l'activité de Nupr1, pourraient donc favoriser la cannibalisation cellulaire et lutter contre la progression tumorale.

Autres actualités sur le même thème