Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE: La bivalirudine plutôt que l'héparine avant angioplastie primaire

Actualité publiée il y a 6 années 4 mois 4 semaines
Inserm et NEJM

Utiliser un anticoagulant spécifique, la bivalirudine, plutôt que l’héparine chez les patients victimes d’infarctus du myocarde, et dès la prise en charge du SAMU, c’est la nouvelle stratégie suggérée par cette analyse de l’Inserm. Testée par essai clinique international sur plus de 2.200 patients, la bivalirudine permet de réduire le risque de décès et de saignement majeur en comparaison avec l’héparine. Les résultats de cet essai, publiés dans l’édition du 30 octobre du New England Journal of Medicine, vont pouvoir optimiser la prise en charge des quelque 100.000 personnes victimes de crise cardiaque, chaque année en France.


C'est une équipe française, l'équipe de Philippe-Gabriel Steg (Inserm-Hôpital Bichat) qui a mis en place cette nouvelle stratégie de traitement anticoagulant en urgence pour les patients ayant un infarctus aigu du myocarde et devant subir une angioplastie.

Les chercheurs qui ont comparé l'administration d'héparine et bivalirudine, avec pour critère le risque d'hémorragie associée, constatent, à 30 jours, que,

· la bivalirudine a réduit le risque de décès ou de saignement grave de 8,5 à 5,1% et le risque de décès, infarctus du myocarde ou saignement majeur de 9,2 à 6,6% vs héparine,

· cette réduction du risque de saignement majeur est associée à une augmentation importante (x 6) du risque de thrombose de stent (taux de risque respectifs 1.1% vs. 0.2%).

Ces données représentent néanmoins un progrès thérapeutique dans l'infarctus du myocarde, utilisable immédiatement, concluent les chercheurs.

Autres actualités sur le même thème