Vous recherchez une actualité
Actualités

Dysfonction ÉRECTILE: Une fois diagnostiqué, seul un homme sur 4 se fait traiter

Actualité publiée il y a 7 années 4 mois 3 semaines
EAU (European Association of Urology)

Peu de statistiques précises existent sur le recours au traitement dans la dysfonction érectile car cette dysfonction sexuelle reste largement tabou et rarement diagnostiquée. Seul un homme sur 5 affecté, ira consulter. Mais cette énorme étude qui a porté plus de 6 millions de patients ayant reçu un diagnostic de dysfonction érectile montre que même après diagnostic, seul un homme sur 4 est traité. L’impuissance reste ainsi, malgré l’importance d’une sexualité épanouie pour la santé physique et mentale, un trouble tu, mal diagnostiqué et très rarement traité.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

En dépit d'une prévalence estimée comme élevée, la plupart des patients diagnostiqués ne reçoivent aucun traitement, selon cette étude américaine, présentée au 28e Congrès annuel de l'European Association of Urology et cela, en dépit de traitements disponibles et à l'efficacité prouvée.


Alors que jusqu'à présent, les recherches menées sur la prise en charge de dysfonction érectile étaient réalisées à partir d'enquêtes, souvent biaisées et portant sur de petites populations, cette analyse des données d'assurance maladie a permis de déterminer la fréquence de recours aux médicaments de la DE sur une large population d'hommes. Ce sont en effet, les données portant sur 6.228.509 patients issues d'une base de données portant sur près de 88 millions d'hommes ayant reçu un diagnostic de dysfonction érectile qui viennent d'être analysées. Les patients ont été identifiés et inclus lorsqu'ils avaient reçu un code de diagnostic de la dysfonction érectile et considérés comme traités s'ils disposaient d'une prescription de médicaments de la DE. Les prescriptions ont été contrôlées en fonction de la fréquence prescrite, l'âge du patient, les comorbidités, et la spécialité médicale du prescripteur.

Seuls 25,4% des patients diagnostiqués ont reçu un traitement (donc les 3 quarts d'entre eux n'ont pas été traités). Les médicaments les plus couramment prescrits sont un inhibiteur de la phosphodiestérase de type 5 PDE5i, pour 75,2% des patients traités et l'injection de prostaglandine au niveau de l'urètre ou la thérapie de remplacement des androgènes pour 30,6%. Dans la réalité, moins de 2% des patients ont utilisé une thérapie par injection de prostaglandine. La fréquence de ce traitement s'avère plus élevée en cas d'hypogonadisme (51% des patients traités) et en cas de cancer de la prostate (15% des patients traités), mais sinon ne varie pas significativement avec les autres comorbidités associées.

Alors que la dysfonction érectile touche environ 4% des hommes à la cinquantaine, près de 17% à la soixantaine et son incidence atteint 47% après 75 ans, mais que seuls 20% des hommes concernés consultent, dans la réalité on peut estimer, avec ces nouvelles données, que seuls 4 % des hommes concernés se font traiter.

Source: 28th Annual European Association of Urology Congress Abstract Nr: 126 via Eurekalert (AAAS) The frequencies and characteristics of men receiving medical intervention for erectile dysfunction: Analysis of 6.2 million patients

Accéder aux dernières actualités sur la Dysfonction érectile

Lire aussi : Dysfonction ÉRECTILE: Des causes pathologiques, mais pas seulement… -

Autres actualités sur le même thème