Vous recherchez une actualité
Actualités

HYPERACTIVITÉ (TDAH): Privé d'oxygène avant la naissance?

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
Pediatrics

Les enfants exposés in utero à des conditions hypoxiques ischémiques c’est-à-dire à des situations où le cerveau est privé d'oxygène, s’avèrent de 20 à 50% plus à risque de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH) plus tard dans la vie, révèle cette étude du Kaiser Permanente publiée dans la revue Pediatrics. Ces résultats confirment que des événements de la grossesse contribuent au développement du TDAH, au-delà de facteurs familiaux et génétiques déjà connus.

«Des études antérieures ont montré que la lésion hypoxique pendant le développement fœtal conduit à d'importantes lésions cérébrales structurelles et fonctionnelles », rappelle le Pr Darios Getahun, du Kaiser Permanente et auteur principal de l'étude. « Toutefois, cette étude suggère que l'effet négatif de l'hypoxie et l'ischémie sur le développement cérébral prénatal peut conduire à des problèmes fonctionnels, plus tard dans la vie, dont le TDAH ».


Son étude a examiné l'association entre l'hypoxie-ischémie (HI) et le TDAH sur près de 82.000 dossiers de santé électroniques d'enfants, âgés de 5 ans, et constate que l'exposition prénatale à l'HI et particulièrement, l'asphyxie à la naissance, le syndrome de détresse respiratoire néonatale, et la pré-éclampsie sont des conditions associées à un risque accru de 16% de développer un TDAH.

Plus précisément,

· l'exposition à l'asphyxie à la naissance est associée à un risque accru de 26% de TDAH,

· l'exposition à un syndrome de détresse respiratoire néonatale est associée à un risque accru de 47%,

· l'exposition à la pré-éclampsie (hypertension artérielle pendant la grossesse) est associée à un risque accru de 34%.

Ce risque accru de TDAH est identique, avec ces expositions, pour toutes les ethnicités.

Une association encore plus forte en cas de prématurité, mais également en cas d'accouchement par le siège, transversale ou en cas de complications de la moelle (risque accru de 13 %). De futures recherches sont d'ores et déjà prévues sur ces situations pré et post-natale et leurs associations avec des effets indésirables, plus tard dans la vie, comme le TDAH. Car au cours des périodes critiques du développement des organes du fœtus, l'hypoxie-ischémie peut entraîner un manque d'oxygène et un transport déficient des nutriments du sang de la mère au sang du fœtus.

Des résultats qui peuvent avoir d'importantes implications cliniques et contribuer à aider les cliniciens à identifier les nouveau-nés à risque qui doivent bénéficier d'une surveillance accrue. Mais importants aussi, alors qu'on estime qu'environ 8% des enfants de 3 à 17 ans sont diagnostiqués avec un TDAH et que chez environ la moitié des enfants touchés, la maladie persistera à l'âge adulte, avec des symptômes tels que des troubles de l'attention, impulsivité, l'hyperactivité.

Source: Pediatrics online December 10, 2012 doi: 10.1542/peds.2012-1298 In Utero Exposure to Ischemic-Hypoxic Conditions and Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder

Accéder aux dernières actualités sur l'Hyperactivité (TDAH)

Autres actualités sur le même thème