Vous recherchez une actualité
Actualités

INFARCTUS: Etude en cours sur une nouvelle génération de stents

Actualité publiée il y a 10 années 1 mois 2 semaines
Innovation

Un nouveau stent “auto-apposant”, c’est-à-dire dont la forme et le diamètre s’adaptent aux changements anatomiques des artères coronaires dans les jours qui suivent l’infarctus aigu du myocarde, est actuellement en cours d’étude internationale pour le traitement des patients souffrant d’infarctus. A l’origine de cette innovation, une société de technologie médicale, basée à Paris et à Princeton.

Stentys, une société de technologie médicale, basée à Paris et à Princeton, N.J. (USA), a développé une nouvelle génération de stent pour le traitement de l'infarctus du myocarde aigu et a reçu le marquage CE de ses produits phares en 2010.


Stenrys vient de recruter les 250 premiers patients pour son étude Apposition III qui doit être menée sur 500 patients au total. L'objectif principal de cette étude est d'identifier les effets indésirables survenus 12 mois après implantation de son stent “auto-apposant”.

Qu'est ce qu'un stet auto-apposant? Cela signifie qu'il reste en permanence parfaitement accolé à la paroi des vaisseaux sanguins puisque sa forme et son diamètre s'adaptent aux changements anatomiques des artères coronaires dans les jours qui suivent l'infarctus aigu du myocarde.

L'étude clinique randomisée Apposition II a déjà permis de comparer le stent auto-apposant au stent conventionnel dominant le marché dans le traitement de patients souffrant d'un infarctus du myocarde. Elle a démontré que, trois jours après l'infarctus, 28% des patients traités par stent conventionnel présentaient une mal-apposition significative puisque le stent n'était plus en contact avec la paroi de l'artère. La “mal-apposition”expose le patient à des complications potentiellement mortelles générées par le stent (thrombose intra-stent). En revanche, aucun des patients traités avec le stent aut-apposant ne présentait de mal-apposition.

l'infarctus du myocarde aigu touche, chaque année, 100.000 personnes en France et 900.000 personnes aux Etats-Unis et représente un marché annuel mondial de 2 milliards de dollars.