Vous recherchez une actualité
Actualités

LANGAGE: La protéine qui fait parler les femmes

Actualité publiée il y a 5 années 9 mois 3 semaines
The Journal of Neuroscience

Pourquoi les femmes sont-elles plus bavardes que les hommes ? Pourquoi prononcent-elles près de 20.000 mots par jour, alors que les hommes à peine 7.000, en moyenne ? L’explication serait-elle simplement dans une plus grande facilité et capacité d’apprentissage et d’acquisition du langage ? C’est ce que suggère cette étude de l'Université du Maryland publiée dans l’édition du 20 février du Journal of Neuroscience qui démontre, qu’à l’inverse de l’animal, chez les humains, les filles sont mieux dotées de FOXP2, une protéine qui, semble-t-il a la capacité de délier les langues.

Si les différences entre sexes dans l'acquisition et le développement du langage chez l'enfant sont bien documentées, avec déjà connue, la tendance, chez les filles à parler plus tôt et avec une plus grande complexité que les garçons, les scientifiques continuent de chercher l'origine, l'explication voire la signification de ces différences. Des études antérieures avaient déjà montré que la protéine FOXP2 joue un rôle important dans le développement du langage chez l'Homme comme dans la communication vocale chez d'autres mammifères.


Dans cette étude, les Prs J. Michael Bowers, Margaret McCarthy et leur équipe de l'Université du Maryland ont examiné les différences d'expression de la protéine FOXP2 dans le cerveau, selon le sexe, et regardé comment ces différences pouvaient médier des différences de communication.

· Chez le rat, plus de FOXP2 chez le mâle : Les chercheurs ont d'abord analysé les niveaux de FOXP2 dans les cerveaux de rats mâles et femelles âgés de 4 jours et comparé leurs appels de détresse lorsqu'ils sont séparés de leurs mères, frères et sœurs. Par rapport aux femelles, les mâles ont des niveaux plus élevés de FOXP2 dans les zones du cerveau associées à la cognition, l'émotion et la vocalisation et font également plus de bruit que les femelles. Presque deux fois plus, précisent les chercheurs. Mais lorsque les chercheurs réduisent les niveaux de protéine FOXP2 chez les petits mâles et l'augmentent chez les femelles, ils inversent l'intensité des appels de détresse, suggérant le rôle déterminant de FOXP2 dans l'expression vocale.

· Chez l'Homme, plus de FOXP2 chez les filles : Car si les rats mâles ont des niveaux plus élevés de cette protéine spécifique du cerveau associée à la communication vocale que les femelles, cette différence cérébrale et sexuelle se montre inversée, lorsque l'étude est poursuivie auprès d'un petit groupe d'enfants. Chez les enfants, les chercheurs constatent que les filles ont plus de protéine FOXP2 dans le cortex, la région du cerveau associée au langage.

C'est donc bien une différence génétique et donc de niveau de protéine qui serait à l'origine des différences entre les sexes dans l'acquisition du langage et son expression orale. Cette étude, l'une des premières à identifier cette différence entre les sexes et à montrer que l'expression de la protéine FOXP2 est la plus élevée chez le sexe le plus communicatif de chaque espèce, apporte une possible explication au bavardage des femmes.

Source: The Journal of Neuroscience 20 February 2013 doi:10.1523/JNEUROSCI.0425-12.2013 Foxp2 Mediates Sex Differences in Ultrasonic Vocalization by Rat Pups and Directs Order of Maternal Retrieval (Visuel © Scott Griessel - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur le thème du Langage

Autres actualités sur le même thème

Pages