Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO: «Tu ne mentiras point» un principe de bonne santé?

Actualité publiée il y a 8 années 2 mois 1 semaine
APA

11 mensonges par semaine, c’est en gros notre moyenne. Pourtant, l’honnêteté, ou du moins mentir le moins possible, profiterait à la santé, physique et mentale, en particulier par l’amélioration de nos relations, selon cette étude américaine de l’Université de Notre Dame, appelée « Science of Honesty ». Ces conclusions présentées à la 120è convention annuelle de l’American Psychological Association’s 120th Annual Convention montrent que l’honnêteté profite aussi à la santé.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Dire la vérité alors qu'on peut, dans certaines situations être tenté par un mensonge, peut améliorer considérablement la santé mentale et physique. « Des données récentes estiment notre propension à mentir à 11 mensonges par semaine. Nous avons voulu savoir si vivre plus honnêtement peut effectivement apporter une meilleure santé», explique l'auteur principal, le Pr Anita E. Kelly, professeur de psychologie à l'Université de Notre-Dame. « Nous constatons que les participants ont pu réduire délibérément et considérablement leurs mensonges quotidiens, une honnêteté retrouvée associée à une santé considérablement améliorée ».


Les Prs Kelly et Lijuan Wang ont mené leur étude durant 10 semaines auprès de 110 personnes, dont 34 % d'adultes et 66% d'étudiants, âgés de 18 à 71 ans, avec une moyenne d'âge de 31 ans. La moitié des participants a été invitée à arrêter de mentir durant ces 10 semaines. L'autre moitié ou groupe témoin n'a pas reçu d'instructions particulières. La santé des participants des 2 groupes a été suivie chaque semaine et tous ont subi un test polygraphique afin d'évaluer le nombre de mensonges commis durant la semaine…

L'amélioration de la santé des participants « honnêtes » est significative selon les auteurs : Moins de 3 mensonges est associé, à titre d'exemple, à 4 déclarations de moins de symptômes touchant à la santé mentale telles que de stress ou de mélancolie, et environ trois déclarations de moins touchant à la santé physique, comme des maux de gorge ou de tête... Au bout de 5 semaines, les participants du groupe « honnête » se considèrent d'ailleurs comme plus honnêtes et déclarent eux-mêmes que leur santé physique et mentale s'est significativement améliorée.

Des interactions sociales améliorées : Au cours des semaines d' « honnêteté », les participants déclarent aussi des relations personnelles et des interactions sociales améliorées. A l'issue des 10 semaines, les participants du groupe sans mensonges décrivent même leurs efforts pour empêcher les autres de mentir ! Exagérations, fausses excuses ou prétextes, évitement des questions troublantes, les participants avouent développer différentes stratégies pour éviter le mensonge. Bref, parfois il faut mieux savoir être « Jésuite ».

Source: American Psychological Association "A Life Without Lies: How Living Honestly Can Affect Health" et The Ethic of Honesty: The Fundamental Rule of Psychoanalysis (Visuel© pixarno - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités en Psycho

Autres actualités sur le même thème