Vous recherchez une actualité
Actualités

STRESS post-trauma: Un médicament pour effacer les mauvais souvenirs

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 3 semaines
Nature Neuroscience

Les événements traumatiques de la vie touchent la majorité d’entre nous et, dans certains cas, peuvent déclencher le syndrome de stress post-traumatique. Cette étude internationale, menée sur des souris soumises à une série de chocs électriques ouvre l’espoir qu’un médicament utilisé pour le traitement de la sclérose en plaques, le fingolimod, pourrait contribuer à effacer ou à atténuer des souvenirs traumatisants. Ces travaux viennent d’être publiés dans la revue Nature Neuroscience.

Un autre médicament, le métyrapone, qui a été mais n'est plus commercialisé, avait été déjà sorti des tiroirs par des chercheurs de l'Université de Montréal. Leur étude montrait sa capacité à réduire la capacité du cerveau à revivre des émotions négatives lorsque l'on évoque des souvenirs douloureux. Le métyrapone agissait en réduisant les niveaux de l'hormone du stress, le cortisol.


Ici, c'est le fingolimod, par ailleurs premier traitement, sous forme de capsule par voie orale pour la sclérose en plaques, qui a été donné à des souris soumises, un premier jour à un léger choc électrique avant d'être placées dans chambre exprimentale puis le lendemain replacées à nouveau dans la même cage, mais sans recevoir de choc. Les souris cependant s'attendant à recevoir ce choc étaient « mortes de peur ». Les chercheurs de la Virginia Commonwealth University et de l'Académie des Sciences chinoise montrent ici que le fingolimod supprime cette peur en effaçant donc le souvenir associée à la peur. Ils constatent que le fingolimod s'accumule dans le cerveau des souris, en particulier dans l'hippocampe, la zone impliquée dans la formation de la mémoire.

Un traitement prometteur ? Les chercheurs suggèrent également que le fingolimod pourrait être un traitement complémentaire prometteur dans le stress post-traumatique, en facilitant « l'oubli » des souvenirs traumatisants mais que le médicament pourrait aussi apporter d'autres effets et bénéfices sur le système nerveux central qui ne sont pas encore entièrement bien compris. Cependant d'autres recherches sont évidemment nécessaires pour confirmer cette piste, d'autant que le médicament n'est pas sans effets indésirables.

Source: Nature Neuroscience May 25 2014 doi:10.1038/nn.3728 Active, phosphorylated fingolimod inhibits histone deacetylases and facilitates fear extinction memory (Visuel Fotolia)

Lire aussi:

PSYCHO: Quelle stratégie pour chasser ses mauvais souvenirs? –

MÉMOIRE: Le gène qui efface les mauvais souvenirs –

L'OCYTOCINE, de l'amour à la peur, l'hormone des émotions fortes

Autres actualités sur le même thème