Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC et Journée mondiale: Seul un jeune sur 4 prend de bonnes résolutions

Actualité publiée il y a 5 années 2 mois 6 jours
Smerep

Si l’on en croit les résultats de cette enquête Santé menée par la Smerep auprès des étudiants français, moins d’un étudiant sur 4 se déclare décidé à arrêter de fumer, et 2 étudiants sur 3, fumeurs ou non, ont une bonne image de la e-cigarette. C’est l’occasion de rappeler avec la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, les cibles vulnérables et privilégiées que sont les jeunes et les femmes pour l’industrie du tabac. Et si l’un des objectifs de la Journée, au niveau mondial, est bien de contribuer à protéger les générations futures des conséquences du tabac, en particulier en augmentant les taxes sur les produits du tabac, cette enquête suggère que la hausse en France du prix du paquet de cigarettes ne suffit plus à motiver l’arrêt du tabac chez les jeunes.


Ainsi, selon l'enquête, les étudiants fumeurs sont de moins en moins motivés par l'arrêt du tabac et les non-fumeurs se mettraient à la cigarette électronique.

L'enquête confirme :

· Une prévalence élevée du tabagisme chez les jeunes avec 15% de fumeurs réguliers, 12% de fumeurs occasionnels et chez ces jeunes fumeurs, une consommation moyenne de 12 cigarettes par jours.

· Les étudiants « fumeurs » ne sont plus que 23% à déclarer envisager l'arrêt du tabac dans les 12 mois à venir, contre 51% des répondants en 2011.

· Face à la hausse des prix du tabac, les jeunes passent au tabac à rouler (22%), achètent leurs cigarettes à l'étranger (22%) ou encore à la cigarette électronique (5%).

La e-cigarette séduit les non-fumeurs : Un second point sans surprise, alors que le nouveau dispositif suscite un véritable engouement chez les jeunes, en soulevant cependant des inquiétudes, comme sur le risque de favoriser l'expérimentation de la nicotine puis sa dépendance, avec, le cas échéant un passage à la cigarette. Ainsi, selon l'enquête, si pour les jeunes fumeurs, le passage à la cigarette électronique ne semble pas acquis.

Parmi ceux ayant essayé,

· 40% n'ont pas prévu d'abandonner le tabac,

· 33% l'ont testée mais sont revenus à la cigarette « classique »,

· seuls 27% préfèrent la cigarette électronique au tabac.

Enfin, 67% des étudiants non-fumeurs s'essayent à la cigarette électronique.

Quelques données peu surprenantes qui révèlent néanmoins l'échec de la prévention anti-tabac en France et confirment la modestie de l'effet substitution de la cigarette électronique chez les jeunes fumeurs.

Autres actualités sur le même thème