Vous recherchez une actualité
Actualités

CHOLESTÉROL: Le bon cholestérol HDL contrôle aussi la glycémie

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 jour
Circulation

Les lipoprotéines de haute densité (HDL ou «bon» cholestérol) améliorent les niveaux de glycémie en améliorant la fonction des muscles squelettiques et en réduisant l'adiposité, concluent ces scientifiques allemands dans Circulation, la revue de l’American Heart association.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs dont le Dr. Susanna Hofmann de l'Institut Helmholtz Zentrum München (HMGU), rappellent que le risque d'athérosclérose et de comorbidités cardiovasculaires est nettement accru chez les personnes atteintes de diabète de type 2 et qu'un des facteurs prédictifs indépendants de maladie cardiovasculaire chez ces patients est le faible taux de lipoprotéines de haute densité (HDL) et leur principale composante, les apolipoprotéines A-I ou Apo -I. L'équipe montre avec cette étude que des niveaux normaux de HDL circulantes sont nécessaires au métabolisme et au bon fonctionnement des muscles squelettiques.


Les chercheurs constatent en effet sur l'animal, que,

· en l'absence d'Apo-I, le montant de calories brûlées est réduit dans les muscles squelettiques, ce qui entraîne non seulement une fonction musculaire affaiblie mais aussi une augmentation de la glycémie ;

· l'élévation du taux de cholestérol HDL et de protéine Apo-I améliore le métabolisme du glucose et la dépense de calories à l'intérieur des cellules musculaires ;

· l'augmentation d'HDL et Apo-l chez la souris induit une protection contre l'hyperglycémie et certains symptômes liés à l'âge comme la diminution de la performance musculaire ou le gain de masse grasse.

· Cette amélioration de la combustion des calories dans les mitochondries des cellules musculaires s'est également accompagnée d'une réduction significative du facteur de croissance des fibroblastes « 21 », un biomarqueur reconnu de dysfonction mitochondriale.

Un faible HDL, marqueur de risque de diabète : L'étude révèle donc pour la première fois le lien entre un taux de HDL insuffisant, un métabolisme réduit du glucose et une combustion insuffisante de calories, deux caractéristiques du diabète de type 2. Alors que des analogues d'Apo- I sont actuellement testés pour la prévention et la régression de l'athérosclérose, ces conclusions suggèrent aussi leur intérêt thérapeutique dans le diabète.

Des résultats jugés particulièrement « pertinents » par les auteurs, en particulier pour les femmes atteintes de diabète de type 2, alors que ces femmes ont de faibles concentrations de cholestérol HDL et Apo- I.

Autres actualités sur le même thème