Vous recherchez une actualité
Actualités

CIGARETTE ÉLECTRONIQUE: L'Assemblée interdit aux mineurs de vapoter

Actualité publiée il y a 5 années 5 mois 3 semaines
Ministère de la Santé

Pas question d’en autoriser la promotion ou la vente auprès des mineurs avait précisé le récent rapport de l’Office Français de Prévention du Tabagisme (OFT) sur l’e-cigarette, qui la reconnaissait néanmoins comme un outil possible de réduction des risques liés au tabac, mais pour les fumeurs actuels. L’interdiction de la vente aux mineurs vient d’être votée par le Parlement, par l’intermédiaire d’un amendement au projet de loi consommation, conformément à l’engagement pris par la Ministre de la Santé.

Près d'un million de Français se seraient déjà tournés vers la cigarette électronique, indique le communiqué du Ministère, qui rappelle que les risques sanitaires liés à ce produit restent encore méconnus. Si rien ne permet une interdiction générale, le produit n'est pas banal, notamment lorsqu'il contient de la nicotine. Des risques indésirables ont déjà été évoqués, comme des dommages possibles aussi aux poumons, liés à une inhalation profonde de l'aérosol formé (Voir schéma) et à une augmentation immédiate de la résistance des voies aériennes, selon une étude présentée en septembre 2012 au Congrès annuel de l'European Respiratory Society (Voir schéma de droite). Quant à la nicotine et ses effets directs (Voir shéma de gauche), certaines cigarettes électroniques peuvent en délivrer tout autant que les cigarettes classiques ont suggéré des chercheurs suisses de l'Université de Genève dont les résultats ont été présentés dans l'European Respiratory Journal. Et c'est sans compter la force d'aspiration nécessaire qui entraîne une pénétration plus profonde de la nicotine dans les poumons. Même le risque de tabagisme passif a déjà été évoqué. Enfin, on ignore si l'e-cigarette consommée par un non-fumeur peut induire une dépendance à la nicotine et si celle-ci peut s'accompagner d'un passage au tabagisme.


Un outil possible de Santé publique : Il n'empêche que la cigarette électronique pourrait, sous condition de ne pas séduire les non-fumeurs, être un véritable outil de Santé publique. L'étude publiée dans l'American Journal of Preventive Medicine menée auprès de fumeurs actuels et repentis, de 4 pays suggère, sous conditions, que son utilisation, en réduisant le nombre de fumeurs de tabac, pourrait bien avoir un effet positif en Santé publique. Plus récemment, l'étude publiée dans la revue Addiction conclut que la e-cigarette aide près de 9 fumeurs sur 10 à réduire leur envie de fumer et 3 fumeurs sur 4 à cesser de fumer durant des semaines voire des mois.

Faire en sorte que la e-cigarette ne vienne pas nuire à la lutte contre le tabagisme : Marisol Touraine rappelle les mesures annoncées, comme l'interdiction de la publicité, qui s'applique dès maintenant, et un prochain cadre juridique de l'interdiction de « vapoter » dans les lieux publics.

Autres actualités sur le même thème

Pages