Vous recherchez une actualité
Actualités

CONTRACEPTION: Le grand retour du stérilet

Actualité publiée il y a 6 années 1 mois 3 semaines
ANSM

Suite au doublement du risque d’embolie pulmonaire avec des contraceptifs oraux combinés (COC) de 3ème génération, utilisés désormais en seconde intention, leur baisse de prescription se poursuit fin mai, compensée partiellement par une hausse des COC de 2ème génération. Ces nouvelles données de l’Agence nationale de sécurité du Médicament (ANSM) laissent surtout percevoir une forte augmentation du recours aux autres dispositifs, implants, et stérilets, les ventes de stérilets au cuivre progressent ainsi de 43 %.

L'ANSM confirme aussi sur la base d'une étude menée sur plus de 4 millions de femmes, le doublement du risque d'embolie pulmonaire avec des COC de 3ème génération par rapport à celui de 2ème génération. Le risque thromboembolique veineux attribuable aux COC reste globalement jugé comme faible, associé à l'âge chez toutes les femmes, avec un nombre de décès annuels par embolie pulmonaire attribuables à l'utilisation des COC estimé à 20, dont 14 attribuables aux COC de 3ème et de 4ème génération.


Forte progression du stérilet : La tendance observée se poursuit fin mai, avec une baisse de 43 % des prescriptions des COC de 3ème et de 4ème génération et une hausse de 34 % des COC de 2ème génération. Les ventes des autres dispositifs (implants, stérilets) augmentent de 25 %. L'augmentation la plus marquée concerne les dispositifs intra-utérins (DIU) au cuivre dont les ventes progressent de 43 %.
Les atouts du stérilet: Rappelons que le stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU), s'il est le plus souvent utilisé comme contraception de long terme, mais globalement peu en France, peut aussi être posé après un rapport sexuel non protégé pour apporter une contraception d'urgence. C'est probablement un des modes de contraception les plus efficaces, soulignait cette étude publiée en mai 2012 dans le New England Journal of Medicine qui démontrait que les femmes qui prennent des contraceptifs oraux, utilisent des patchs quotidiens ou un anneau vaginal ont deux fois plus de risque d'avoir une grossesse non désirée que celles qui adoptent le stérilet ou l'implant. Un autre atout a été suggéré, il pourrait protéger contre le cancer du col.
Enfin, alors que les ventes globales de contraceptifs (hors préservatifs) sur la période baissent de 3,7 %, le nombre d'IVG ne semble pas augmenter.

L'arbitrage européen, demandé en janvier 2013 par la France sur la restriction d'utilisation des COC de 3ème et 4ème génération en deuxième intention, est attendu pour l'automne.

Autres actualités sur le même thème