Vous recherchez une actualité
Actualités

COUPS de SOLEIL: TRPV4, la molécule qui fait mal

Actualité publiée il y a 6 années 3 mois 1 semaine
PNAS Plus

La découverte de cette molécule, TRPV4, par ces chercheurs de la Duke, pourrait-elle conduire à la fin de la douleur des coups de soleil? Ces conclusions, publiées dans l’édition du 5 août des Actes de l’Académie nationale des Sciences américaine, laissent espérer qu’en bloquant cette molécule, abondante dans l'épiderme de la peau, on pourrait protéger non seulement contre la brûlure mais contre ses effets douloureux.

Les coups de soleil peuvent endommager l'ADN des cellules de la peau et augmenter le risque de cancer, rappelle le Pr Wolfgang Liedtke, professeur agrégé de neurologie et neurobiologie à la Duke University School of Medicine et auteur de l'étude. Sa recherche, menée sur des modèles murins et des échantillons de peau humaine, a étudié le rôle de la molécule TRPV4, une molécule déjà impliquée dans d'autres processus de la douleur, en cas de surexposition aux UVB. TRPV4 est un « canal ionique », c'est-à-dire une porte d'entrée d'ions tels que le calcium et le sodium, dans la membrane de la cellule.


Le rôle de TRPV4 dans la lésion et la douleur : Sur un modèle de souris privé de TRPV4 dans les cellules de l'épiderme, exposé aux rayons UVB les chercheurs montrent une absence de sensibilisation et de lésions en réponse à l'exposition aux rayons UVB. En étudiant l'activité de TRPV4, les chercheurs montrent que les UVB font pénétrer le calcium dans les cellules de la peau, mais seulement en présence de TRPV4. Le mécanisme est le suivant :

L'exposition aux UVB active TRPV4, ce qui induit un afflux d'ions calcium, ce qui entraîne la production d'une molécule appelée endothéline, qui va inciter TRPV4 à envoyer encore plus de calcium dans les cellules.

Sur des échantillons de peau humaine, les auteurs montrent également une activation accrue de TRPV4 et des niveaux élevés d'endothéline dans l'épiderme humain, après exposition aux UVB.

En inhibant sélectivement TRPV4, les chercheurs montrent que les souris deviennent très résistantes à la douleur liée aux coups de soleil.

TRPV4 apparaît donc avec cette recherche comme une nouvelle cible pour prévenir et traiter les coups de soleil, et ses effets dont les lésions, le cancer de la peau ou le photo-vieillissement. Cependant, reste à s'assurer des autres effets de l'inhibition de TRPV4 sur la peau, précisent les auteurs. De plus, ce n'est pas la première molécule qui « fait mal » à avoir été identifiée.

Source: PNAS-Plus Aug. 5, 2013 UVB Radiation Generates Sunburn Pain and Affects Skin By Activating Epidermal TRPV4 and Triggering Endothelin-1 Signaling (In press)

Lire aussi: COUPS de SOLEIL: Ils entraînent aussi des altérations génétiques

COUPS de SOLEIL: Découverte de la molécule qui fait mal -

Autres actualités sur le même thème