Vous recherchez une actualité

Actualités

HÔPITAL: Sécurité des soins, les progrès qui restent à accomplir

Actualité publiée il y a 2 années 8 mois 3 semaines
HAS

Un patient hospitalisé sur 10 subirait un évènement indésirable lors de ses soins. Contrairement aux idées reçues, l’erreur individuelle du professionnel n'est pas la cause principale. En cause, selon les données recueillies par la Haute Autorité de Santé (HAS), d’autres dysfonctionnements, comme le manque de communication, des dysfonctionnements liés aux tâches à accomplir et le comportement du patient lui-même.

C'est le recueil de données auprès des médecins accrédités concernant les "évènements porteurs de risque" (EPR) qui a permis à la HAS de dresser ce nouveau bilan des évènements indésirables survenus en établissement de santé. Des événements qui auraient pu porter préjudice au patient mais qui ont pu être évités par les soignants, les barrières de sécurité ayant fonctionné. L'analyse des EPR s'avère riche en enseignements:


- le plus souvent, il s'agit du travail d'équipe (27 %),

- de dysfonctionnements liés aux tâches à accomplir (23%),

- de causes liées au patient lui-même (15%).

La HAS appelle donc à mettre la question du travail en équipe au centre des préoccupations, afin de diminuer la survenue des évènements indésirables ou d'en atténuer les conséquences quand ils se produisent. Elle présente aujourd'hui les programmes et outils qu'elle développe dans ce sens. LaHAS suggère de,

· mieux analyser le retour d'expérience, de manière structurée et pluri-professionnelle,

· se servir du levier de la revue de morbi-mortalité (RMM) qui permet de faire le point a posteriori sur les erreurs commises afin de pouvoir les éviter dans le futur. Une démarche, précise le communiqué, mise en œuvre dans 57% seulement des établissements concernés.

· élargir l'expérimentation du « Pacte » (Programme d'Amélioration Continue du Travail en Equipe), menée depuis 2013 par 18 équipes à presque 70 équipes déjà volontaires,

· enfin, encourager la démarche en équipe dans le dispositif d'accréditation, mise en place pour les médecins exerçant une spécialité ou une activité « à risques » en établissement de santé ; aujourd'hui, 20 équipes se sont déjà engagées dans le dispositif.

Responsabiliser le patient : directement en cause dans 15% des cas, le patient doit jouer un rôle actif dans sa prise en charge et notamment dans sa capacité à prévenir ou alerter sur la survenue d'évènements indésirables qui affectent sa sécurité. Parmi les facteurs liés au patient,

· l'état de santé (43%),

· le suivi de ses antécédents médicaux (21%),

· les problèmes de personnalités, les facteurs sociaux et familiaux représentent (10%)

Responsabiliser le patient devrait passer par la production de documents d'information, par l'assurance de sa compréhension des données médicales le concernant et par l'analyse de son ressenti

Autres actualités sur le même thème

Pages