Vous recherchez une actualité
Actualités

La DISCRIMINATION raciale, responsable de troubles physiques et émotionnels

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
Journal of Health and Social Behavior

La discrimination a des effets néfastes significatifs sur la santé, selon cette étude de la Rice University (Houston) qui relève, aux Etats-Unis, que 18% des Noirs et 4% des Blancs souffrent de détresse émotionnelle et/ou de troubles physiques liés à un traitement discriminatoire. Des conclusions, publiées dans le Journal of Health and Social Behavior, qui appellent à reconnaître et étudier l’impact de la discrimination sur la santé à long terme.

Les sociologues Jenifer Bratter and Bridget Gorman de la Rice University ont examiné des données de classe sociale, race et perception des comportements discriminatoires 5.902 adultes de race noire et 28.451 de race blanche et constate que près de 18% des Noirs et 4% des Blancs rapportent des niveaux plus élevés de troubles émotionnels et / ou des symptômes physiques liés à l'expérience de la discrimination raciale. Les comportements discriminatoires devraient être pris en compte dans l'analyse des disparités raciales et ethniques explique J. Bratter. L'analyse est basée sur les données 2004 d'un système de surveillance mis en œuvre entre les États et territoires américains et les Centers for Disease Control ans Prevention (CDC), le Behavioral Risk Factor Surveillance System.


La discrimination, facteur indépendant de risque sanitaire : Cette étude de l'impact sanitaire de la discrimination avait pour objectif de comprendre si ses effets sur la santé sont similaires ou viennent renforcer voire multiplier les risques liés au niveau de vulnérabilité des populations. Alors que les deux groupes sont meurtris de la même manière, présentent les mêmes réactions émotionnelles et / ou physique à la discrimination, les conséquences négatives de l'expérience discriminatoire pour les adultes noirs sont exacerbées par leur statut socioéconomique en moyenne moins favorable. En revanche, l'association entre la prise de conscience raciale face à la discrimination et l'auto-évaluation de l'état de santé est plus sensible chez les Blancs. L'étude conclut donc à des effets sanitaires plus néfastes sur la population noire, toujours bien plus exposée à la discrimination et à d'autres facteurs de risques liés à la vulnérabilité économique.

"Si la proportion d'adultes blancs victimes de discrimination raciale est relativement faible, ceux-ci ont une tendance plus élevée à déclarer un mauvais état de santé, en comparaison des adultes noirs victimes des mêmes situations ». Mais quoiqu'il en soit, le résultat est significatif, la discrimination raciale a bien un impact significatif et indépendant de la classe sociale sur la santé (et le bien-être).

Source: Journal of Health and Social Behavior doi: 10.1177/0022146511405336 « Is Discrimination an Equal Opportunity Risk? Racial Experiences, Socio-economic Status and Health Status Among Black and White Adults" (Visuel © DURIS Guillaume - Fotolia.com)

Lire aussi: DISPARITÉS de SANTÉ : Une question de place, pas de race -

Autres actualités sur le même thème

Pages