Vous recherchez une actualité
Actualités

Le CANNABIS envisagé comme facteur de schizophrénie

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 1 semaine
Frontiers in Psychiatry

La consommation de cannabis entraîne un affaiblissement cognitif qui, à long terme, peut conduire à la schizophrénie. C’est la théorie défendue par cette étude, basée sur l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et menée à l'Université de Bergen (Norvège). Ici les chercheurs constatent une activité cérébrale chez les patients schizophrènes consommateurs de cannabis, globalement comparable à celle des patients schizophrènes non consommateurs, mais, en substance, avec des niveaux de capacité mentale plus élevés. Ils concluent, dans l'édition du 30 octobre de la revue Frontiers of Psychiatry, que le cannabis peut être facteur de schizophrénie (et non pas facteur de capacité mentale accrue chez les patients schizophrènes).

"Alors que l'activité du cerveau pour les deux groupes, consommateur et non-consommateur est globalement similaire, il y a des différences subtiles entre les personnes souffrant de schizophrénie ayant des antécédents de consommation de cannabis et celles qui n'ont jamais consommé de cannabis. Ces différences nous amènent à penser que la faiblesse cognitive menant à la schizophrénie est imitée par les effets du cannabis chez les personnes non psychotiques », explique Else-Marie Loeberg, auteur principal de l'article et professeur de psychologie à l'Université de Bergen.


Son étude a porté sur 26 patients qui devaient accomplir des tâches cognitives difficiles sous IRMf : Les participants devaient, par exemple, écouter des syllabes différentes dans chaque oreille et essayer de dire quelle syllabe avait été prononcée lorsqu'ils recevaient l'instruction de se concentrer sur l'oreille gauche ou l'oreille droite. C'est une tâche difficile pour n'importe qui, mais particulièrement difficile pour les patients schizophrènes, précisent les auteurs, car ces patients ont souvent des capacités d'attention plus faibles et notamment des difficultés dans le traitement des indications verbales.

L'expérience montre que les consommateurs de cannabis souffrant de schizophrénie ont toujours des niveaux plus élevés d'activité cérébrale durant les tests ainsi qu'un nombre plus important de bonnes réponses. Les chercheurs de Bergen soutiennent l'idée que les consommateurs de cannabis présentent des caractéristiques schizophréniques mais sans être atteints des mêmes faiblesses neurocognitives que les autres patients atteints de schizophrénie.

En bref, les auteurs confirment une théorie parfois défendue, celle que c'est le cannabis lui-même qui pourrait mener des personnes non-psychotiques vers la schizophrénie en entraînant un déclin cognitif comparable à celui constaté dans la maladie mentale.

Source: Frontiers in Psychiatry doi: 10.3389/fpsyt.2012.00094online 30 October 2012 An fMRI study of neuronal activation in schizophrenia patients with and without previous cannabis use (Visuel© Ademoeller - Fotolia.com)

Accéder aux dernières actualités sur le Cannabis

Lire aussi : Du CANNABIS à la SCHIZOPHRÉNIE: Une explication génétique ? -

Autres actualités sur le même thème