Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉNOPAUSE: Un peu d'acupuncture contre les bouffées de chaleur

Actualité publiée il y a 6 années 6 mois 1 semaine
Menopause

Une pratique thérapeutique à considérer sérieusement, pour soulager des bouffées de chaleur courantes de la ménopause, conclut cette méta-analyse de plus de 100 études scientifiques sur le sujet. Des résultats présentés dans Menopause, la revue de la North American Menopause Society (NAMS) qui confirment l’efficacité de cette ancienne thérapie chinoise à la fois sur la fréquence et la gravité des bouffées de chaleur en période de péri-ménopause.

Si plus de 2.500 années se sont écoulées depuis les débuts de l'acupuncture, aujourd'hui utilisée pour traiter un grand nombre de maladies physiques, mentales ou émotionnelles, cet examen de la littérature et de pas moins de 104 études, dont 12 portant au total sur 869 participantes affectées des symptômes de la ménopause, conclut à l'impact positif de l'acupuncture à la fois sur la fréquence et la sévérité des bouffées de chaleur.


Différentes pratiques de l'acupuncture ont été évaluées auprès de ces 869 femmes âgées de 40 à 60 ans dont l'acupuncture traditionnelle chinoise, l'acupression, l'électroacupuncture, l'acupuncture au laser et l'acupuncture auriculaire. Leurs effets, que ce soit sur la fréquence ou la sévérité des bouffées ne semblent pas dose-dépendants, c'est-à-dire fonction du nombre de séances ou de la durée des séances ou du traitement global. Curieusement également, les résultats montrent un effet placebo, l'acupuncture simulée pouvant induire un effet thérapeutique comparable à celui d'une acupuncture effective pour la réduction de la fréquence des bouffées de chaleur. Les différents effets constatés par ces différentes études perdurent durant 3 mois environ.

Quel mécanisme ? L'explication proposée est que l'acupuncture induirait une réduction de la concentration de β-endorphine dans l'hypothalamus, réduisant les niveaux d'oestrogènes. Ces niveaux réduits pourraient déclencher la libération de CGRP (Calcitonin gene related peptide) favorisant la thermorégulation. Il reste beaucoup à apprendre sur les mécanismes et traitements possibles des bouffées de chaleur, concluent les auteurs, mais cet examen suggère que l'acupuncture peut être une alternative efficace pour les réduire et en particulier pour les femmes qui sont à la recherche de thérapies non pharmacologiques.

Près de la moitié des femmes qui présentent ce symptôme de la ménopause utiliserait un traitement de médecine complémentaire et alternative.

Autres actualités sur le même thème