Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉÉCLAMPSIE: Bientôt un test urinaire de détection précoce

Actualité publiée il y a 5 années 5 mois 1 semaine
PLoS ONE

Bientôt un test d’urine ou sérologique permettant une détection plus précoce de la prééclampsie ? C’est ce qu’entrevoient déjà ces chercheurs de l'Université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU) avec l’identification de ces biomarqueurs. Leurs conclusions, présentées dans PLoS ONE, identifient un profil « métabolomique » spécifiques aux femmes atteintes de prééclampsie, qui raconte l’histoire du métabolisme de ces patientes quand elles développent la maladie.

La prééclampsie, qui touche environ 5 à 7% des grossesses, est l'apparition d'une hypertension artérielle et de protéines dans l'urine après la 20e semaine de grossesse. Cette maladie de la grossesse a ses origines dans le développement insuffisant du placenta pendant le premier trimestre, mais se révèle en général à un stade proche du terme, entraînant alors cette pression artérielle élevée et cette protéinurie. Le syndrome peut être dangereux pour la mère et l'enfant à naître dont un faible poids de naissance et un risque de retard de croissance et de mort fœtales.


Or ces chercheurs norvégiens constatent que le métabolisme chez les femmes qui souffrent de pré-éclampsie est clairement spécifique (Voir visuel ci-contre), présentant des différences suggérant que la pré-éclampsie a un profil ressemblant à la maladie cardio-vasculaire avec des processus inflammatoires sous-jacents, détectables dans le sang et l'urine des femmes touchées. Ce métabolisme anormal apparaît plus tôt, ouvrant une fenêtre de détection précoce. Pour mener cette étude métabolomique -étude des métabolites-, l'équipe a utilisé la spectroscopie RMN -une technique qui tire parti des propriétés magnétiques des atomes-.

Le métabolisme des femmes enceintes fortement affecté par la pré-éclampsie : C'est un ensemble de biomarqueurs présents dans des échantillons d'urine et de sérum qui pourrait caractériser les femmes atteintes de prééclampsie : Les chercheurs décrivent une différence claire et significative dans le profil métabolomique de femmes atteintes et non atteintes. Ces différences pourraient être associées à une augmentation de lipoprotéines de très faible densité (VLDL) et du cholestérol chez les femmes pré-éclamptiques et reflètent aussi une réaction de stress accru et d'inflammation. Ces changements du métabolisme pourraient intervenir bien avant les symptômes permettant le diagnostic, voire dès le premier trimestre de grossesse.

Il est clair qu'une détection aussi précoce permettrait d'empêcher le développement d'un grand nombre de complications, chez la mère et chez l'enfant. Ces données constituent une étape prometteuse vers cette opportunité.

Source: PLoS ONE March 17th, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0091923 Metabolomic Biomarkers in Serum and Urine in Women with Preeclampsia

Lire aussi: GROSSESSE et prééclampsie: L'apnée dangereuse pour la vitalité du bébé

Autres actualités sur le même thème