Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL perturbé, travail posté: Ils font aussi des dégâts génétiques

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 4 jours
PNAS

Voilà une nouvelle étude qui montre comment les rythmes quotidiens de nos gènes peuvent être perturbés par un sommeil irrégulier, lié au travail posté par exemple. Le respect de l’horloge biologique apparait à nouveau essentiel, en particulier pour le métabolisme. Ces conclusions publiées dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine, relayées par le National Health Service (NHS) et les médias britanniques, viennent confirmer une précédente étude qui montrait les conséquences, elle, de la privation de sommeil.

Cette nouvelle étude qui a exposé, en centre du sommeil, 22 volontaires en bonne santé à une journée de 28 heures en retardant ainsi leur cycle circadien de 4 heures par jours, jusqu'à un décalage maximum de 12 heures, soit sur 3 jours consécutifs, évalue également les dégâts génétiques de ce décalage à partir de prélèvements sanguins des participants.


Retarder le sommeil de 4 heures durant 3 jours consécutifs conduit à une division par 6 de l'expression de certains gènes calés sur le rythme circadien, suggérant que leur expression au cours du cycle de 24 heures a fortement été modifiée, tout comme la production de protéines à l'intérieur des cellules sanguines.

Parmi les gènes affectés, ceux qui jouent un rôle dans la régulation de l'activité des gènes elle-même (comme les gènes CLOCK et BMAL1), dans la modification de la chromatine c'est-à-dire de de l'ADN et des protéines qui composent le noyau de la cellule, dans le métabolisme des glucides, protéines et graisses et dans la réponse immunitaire et inflammatoire au stress.

Un sommeil irrégulier, tout comme le manque ou la privation de sommeil, altère donc l'expression des gènes et des rythmes circadiens. Ces résultats peuvent contribuer à expliquer le risque accru de certaines maladies chroniques comme le diabète et le cancer du sein, évoqué dans de précédentes études.

Source: PNAS doi: 10.1073/pnas.1316335111 Mistimed sleep disrupts circadian regulation of the human transcriptome (Visuel © Photobank - Fotolia.com)

et, PNAS doi: 10.1073/pnas.1217154110 Effects of insufficient sleep on circadian rhythmicity and expression amplitude of the human blood transcriptome et NHS Genetic effects of shift work examined

Lire aussi: SOMMEIL: Les dégâts génétiques d'une horloge biologique déréglée

CANCER du SEIN: Travailler de nuit accroît le risque de 40% -

Autres actualités sur le même thème