Vous recherchez une actualité
Actualités

STRESS: Les hommes sous pression y laissent quelques années de vie

Actualité publiée il y a 4 années 7 mois 5 jours
The Journal of Epidemiology and Community Health

Des hommes particulièrement sensibles à la pression sociale, associée, quel que soit le sexe et à l’âge moyen à un risque accru de décès prématuré, c’est la conclusion de cette étude de l’Université de Copenhague présentée dans le Journal of Epidemiology and Community Health.

Il s'agit ici de l'impact au sens large de relations sociales tendues, des relations avec l'entourage personnel et familial comme entre partenaires. Un impact qui semble toucher les hommes de manière plus sévère.


Cette étude de cohorte a évalué l'association entre des relations sociales stressantes et le risque de décès toutes causes confondues, chez 9.870 hommes et femmes âgés de 36 à 52 ans, participant à la cohorte Danish Longitudinal Study on Work, Unemployment and Health, suivis durant 11 ans. Les participants ont dû répondre à des questions du type : « Dans votre vie quotidienne, subissez-vous des pressions de votre entourage de nature à vous inquiéter vous blesser ? » ou encore « Etes-vous en conflit avec l'une des personnes suivantes ? ». Les personnes prises en compte dans les relations sociales étaient les partenaires, les enfants, d'autres membres de la famille, les amis et les voisins.

Les facteurs de confusion ont été pris en compte (âge, sexe, statut marital, classe socio-professionnelle, antécédents médicaux…).

Pendant la période de suivi de 11 ans :

· Les participants subissant en continu ou fréquemment « une pression » de leur partenaire ont un risque accru respectivement de 93 et de 81% de décès (vs jamais).

· Lorsque la pression vient des enfants, le risque de décès est accru de 30%, tout comme l'absence d'exigence des enfants,

· Lorsque la pression est familiale, une pression continue ou fréquente est associée à un risque multiplié respectivement par 2,64 et 2,31 de décès dans les 11 ans,

· Idem avec les voisins : Dans ce cas les risques sont multipliés respectivement par 2,76 et 1,78.

· Enfin, comparativement aux femmes subissant un stress de la part de leur partenaire, les hommes exposés ont un risque plus élevé de décès.

Cette pression semble globalement se renforcer depuis 11 ans, ce qui suggère une augmentation simultanée du risque de décès au cours de la même période.

Les relations sociales stressantes sont ainsi associées à un risque accru de mortalité, avec une vulnérabilité particulière des hommes.

Des résultats peu surprenants, dans lesquels chacun a sa part de …responsabilité.

Source: Journal of Epidemiology and Community Health May 8 2014 doi:10.1136/jech-2013-203675

Stressful social relations and mortality: a prospective cohort study

Pour en savoir plus sur le Stress

Autres actualités sur le même thème

Pages