Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME: La toxicité du menthol, dissimulée par les fabricants

Actualité publiée il y a 6 années 11 mois 1 semaine
PLoS Medicine

Cette analyse de données publiées par l’industrie du tabac suggère des niveaux de toxicité et des taux d’augmentation de risques de maladie cardiaque, de cancer volontairement dissimulés. Ces nouvelles preuves, publiées dans l’édition du 20 décembre de PLoS Medicine, font apparaître la toxicité élevé d’un grand nombre d’additifs, dont le menthol.

Cette analyse de l'Université de Californie (San Francisco) de documents de l'industrie du tabac montre que Philip Morris, aux Etats-Unis, aurait « manipulé » les données sur les effets des additifs dans les cigarettes, notamment du menthol, dissimulant le niveau de toxicité réelle et l'augmentation du risque de maladies chez les fumeurs. Le Pr. Stanton A. Glantz (visuel ci-contre) nous explique que les informations publiées par l'industrie ne doivent pas être prises pour argent comptant. Leur analyse apporte en effet de nouvelles preuves que des centaines d'additifs (dont le menthol), devraient être éliminés des cigarettes pour des raisons de santé publique.


C'est une étude indépendante et objective dans laquelle les scientifiques ont réévalué les données de "Project Mix », une analyse de Philip Morris, publiée en 2002, menée à partir d'une analyse chimique de la fumée de cigarettes et d'études de toxicologie animales menées sur 333 additifs cigarette. Les chercheurs ont effectué leur propre analyse des résultats de Philip Morris et concluent que l'ajout de certains additifs dans les cigarettes de la marque était responsable de l'augmentation de nombreuses toxines dans la fumée. Il faut préciser que par décision de l'U.S. Department of Justice, les études internes sont désormais accessibles, au public, par le biais de la Legacy Tobacco Documents Library (LTDL), justement de l'Université de Californie, San Francisco.

La présentation des résultats dissimulait les données de toxicité : Ils constatent également, après avoir obtenu la preuve d'une toxicité accrue liée à ces additifs, que les scientifiques du fabricant avaient adapté la présentation de leurs résultats de manière à dissimuler ces augmentations. "Ces changements de présentation sont intervenus « post-hoc », après que ces scientifiques aient découvert, qu'en fait, les additifs augmentaient la toxicité en augmentant le nombre de particules fines dans la fumée», précise l'auteur principal le Pr. Glantz. «Lorsque nous avons effectué notre propre analyse en étudiant les additifs par cigarette, nous avons constaté que 15 produits chimiques cancérigènes avaient augmenté de 20% ou plus ».

Les échantillons étaient volontairement sous-dimensionnés : Philip Morris sous-dimensionnait volontairement le champ de ses études. Les chercheurs dénoncent des échantillons d'analyse volontairement trop faibles pour identifier la toxicité.

Des liens d'intérêt : Les résultats de "Project Mix" ont d'abord été publiés en 2002 dans la revue Food and Chemical Toxicology, mais les auteurs dénoncent les liens d'intérêt, financiers, entre le rédacteur en chef de la revue et de nombreux membres du comité de rédaction et l'industriel.

Source: Communiqué UCSF « Tobacco Company Misrepresented Danger from Cigarettes, Study Finds” et PLoS Med 8(12): e1001145. doi:10.1371/journal.pmed.1001145 “The Toxic Effects of Cigarette Additives. Philip Morris' Project Mix Reconsidered: An Analysis of Documents Released through Litigation” et Legacy Tobacco Documents Library

Lire aussi : CIGARETTES: Menthol et marketing dans le collimateur de la FDA -

Autres actualités sur le même thème

Pages