Vous recherchez une actualité
Actualités

Un Ministère de l'ENFANCE? 8 Français sur 10 y seraient favorables

Actualité publiée il y a 8 années 5 mois 3 jours
Unicef France

79% des Français seraient favorables à la création d’un ministère dédié à l’enfance et à l’adolescence selon ce sondage TNS-Sofres réalisé pour l’Unicef. C’est certes une proposition de l’Unicef, mais jugée légitime pour 89% des Français qui jugent la situation des enfants et des adolescents préoccupante, un thème peu abordé en cette campagne présidentielle, en dehors du thème de l’éducation. Une priorité aujourd’hui éparpillée puisque 6 ministères sont concernés par l’enfance (cohésion sociale, éducation nationale, santé, justice, intérieur, sports). La question de l’Enfance n’est donc jamais traitée dans sa globalité.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Ces résultats concernent une des mesures du Manifeste pour l'Enfance de l'Unicef, jugée par 28% des Français comme prioritaire : « Depuis des années, la politique de l'enfance en France est saucissonnée entre 6 ministères et de multiples administrations, sans vision globale et cohérente d'un plan d'action national ambitieux », déplore Jacques Hintzy, président de l'Unicef France. « Et depuis le début de la campagne, le thème spécifique des enfants et des adolescents occupe très peu de place dans les propositions des candidats. Les résultats du sondage que nous publions aujourd'hui constituent un signal fort pour inverser la tendance. » 2 millions d'enfants sous le seuil de pauvreté : La Présidente de la commission Enfance en France de l'Unicef, Fabienne Quiriau, rappelle également que 2 millions d'enfants vivent sous le seuil de pauvreté et que 20.000 enfants sont sans domicile fixe en France. «Notre Manifeste pour l'Enfance énonce une série d'engagements pour une politique de l'enfance à la hauteur des enjeux, avec des propositions comme la création d'un droit à la compensation de la pauvreté pour les enfants, le renforcement de l'accès aux soins et à la prévention pour tous les enfants, ou encore la réaffirmation de la spécificité de la justice des mineurs». Cette situation est perçue par de nombreux citoyens, 38% des Français se déclarent en effet très préoccupés par la situation des enfants.


Peu d'espoir chez les ados : Ce sondage réalisé auprès de 2 échantillons représentatifs des 15-17 ans et des plus de 18 ans, montre aussi qu'un adolescent sur 2 déclare ne pas se sentir confiant en son avenir. Un résultat confirmé par les 40.000 tentatives de suicide constatées chaque année chez des adolescents, révélatrices du mal-être des moins de 18 ans. Ainsi, 52% des adolescents interrogés déclarent ne pas se sentir en confiance quand ils pensent à leurs futures études, leur futur métier, ou leur future vie de famille (contre 47% de confiants) et 56% observent que les médias qui les évoquent en parlent plutôt négativement.

Une campagne de collecte de signatures citoyennes est en cours. Elle a déjà réuni à ce jour, 15.000 signatures, 37.000 soutiens sur Facebook dont celui de nombreux experts et associations dans le domaine de l'enfance. Objectif, faire prendre conscience aux politiques, du caractère prioritaire des enjeux de l'Enfance. En avril prochain, près de la moitié des Français (48%) sera elle-même attentive à la place faite à ces enjeux par les candidats et en tiendra compte, au moment de voter.

Dans le même temps, plus de quatre adolescents sur cinq (84%) estiment que les propositions « enfance et jeunesse » des candidats auraient orienté leur choix s'ils avaient pu voter à la prochaine élection.

Autres actualités sur le même thème