Vous recherchez une actualité
Actualités

ALCOOL: Tampons à la vodka dans l'anus ou le vagin, la nouvelle ivresse de certains jeunes

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 3 semaines
Société


Se saouler avec des tampons imbibés d'alcool Explications en vidéo (ci-contre). L’ingestion par voie anale ou vaginale d’alcool est le nouveau procédé inventé par certains jeunes pour parvenir à l’ivresse plus rapidement. Après le binge-drinking, l’alcoolorexie et même le eyeballing*, une nouvelle « tendance britannique », certains jeunes ont eu l’idée saugrenue d’imbiber des tampons périodiques de vodka puis de se les introduire dans l’anus, court-circuitant ainsi les barrières du tractus gastro-intestinal. Ivresse assurée et coma éthylique dans de nombreux cas…

Car le procédé « vodka soaked tampons » permet, avec une économie d'alcool, d'alimenter ainsi directement le système sanguin, par l'intermédiaire des membranes non protégés du vagin et de l'anus. Irritations, surdose, le nombre de cas de comas éthyliques augmente, selon les medias belges et anglosaxons. Une mode hallucinante qui inquiète les autorités américaines... mais qui ne s'arrête pas là car certains ados iraient jusqu'à « boire » par un tuyau placé dans le rectum. Un grand nombre de forums de jeunes fleurissent sur le sujet, avec un objectif, partager cette expérience absurde.


Le procédé est bien entendu indécelable par les parents, en tous cas c'est ce que pensent les usagers. En réalité, selon les mêmes forums, l'alcool est partiellement éliminé par les poumons, serait tout de même détectable par l'odorat. Enfin, dernier « avantage » vu par les usagers, une petite dose suffit.

Le eyeballing*, un phénomène né en Grande-Bretagne dont on n'a pas encore parlé, consiste à se « saouler par les yeux » en se versant de la vodka directement dans les yeux. Une méthode « peu efficace » dans un objectif d'ébriété, car la muqueuse de l'œil et la cornée absorbent très peu d'alcool, mais qui induit, à coup sûr, de graves troubles oculaires.

Un article publié dans la revue Alcohol and Alcoholism, faisait état dès 1999 de différentes méthodes d'absorption “originales”, comme l'injection d'alcool ou ce type de pratique.

Rappelons qu'il y a quelques jours, les NIH américains, tout comme de nombreuses institutions européennes tiraient le signal d'alarme sur l'augmentation de la consommation excessive d'alcool chez les jeunes : La proportion de jeunes consommateurs, même occasionnels, passe de 7% (déjà) des jeunes âgés de seulement 12 ans à près de 70% des adolescents 18 ans. Le taux d'adeptes du Binge drinking suit le même chemin, augmentant aussi avec l'âge.

Sources: Forums, presse anglo-saxonne, Alcohol and Alcoholism (Oxford Journals) (1999) 34 (6): 918-919. doi: 10.1093/alcalc/34.6.918 INTRAVENOUS INJECTION OF ALCOHOL BY DRUG INJECTORS: REPORT OF THREE CASES (Vignette INPES)

Accéder aux dernières actualités sur le Binge-Drinking, l'alcoolorexie

Toutes les actualités sur l'Alcool

Autres actualités sur le même thème