Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du COL: Le vaccin anti-HPV transforme l'essai

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 1 jour
CDC-The Journal of Infectious Diseases

L’efficacité du vaccin anti-papillomavirus humains (HPV) se fait indiscutable, avec ce nouveau bilan des Centers for Disease Control and Prevention, qui montre, avec l’introduction de la vaccination, une forte réduction des taux d'infection au HPV, chez les jeunes américaines. Cette étude publiée dans le Journal of Infectious Diseases révèle que depuis l'introduction du vaccin en 2006 aux US, la prévalence de l’infection a été réduite de 56% chez les adolescentes de 14 à 19 ans.


Le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) existe sous 2 « marques » et formulations, le vaccin quadrivalent (Gardasil® laboratoires Merck) anti-HPV 16, 18, 6 et 11 et le vaccin bivalent (Cervarix® laboratoires GSK) anti-HPV 16 et 18. En France, la vaccination anti HPV est recommandée aux jeunes filles âgées de 11 à 14 ans avec un rattrapage pour certaines jeunes filles de 15 à 23 ans qui n'auraient pas eu de rapports sexuels ou, au plus tard, dans l'année suivant le début de leur vie sexuelle. Mais, selon le dernier bilan de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), seule une jeune fille sur 3 a reçu les 3 doses recommandées et globalement, la couverture vaccinale reste faible, ce qui a amené, récemment, le Haut Conseil de la santé publique a avancé à 11 ans, l'âge possible de la vaccination anti-HPV des jeunes filles. Cette étude prête donc à réflexion.

Une baisse de 56% des infections : L'analyse menée par le Dr Lauri Markowitz de la CDC a porté sur les données de la cohorte NHANES et a comparé la prévalence de l'infection à HPV chez les jeunes filles et femmes âgées de 14 à 59 ans avant l'introduction du vaccin (2003-2006) et après (2007-2010).

Chez les femmes âgées de 14 à 19 ans, la prévalence des infections à HPV (6, 11, 16 ou 18) est passée de 11,5% en 2003-2006 à 5,1% en 2007-2010, soit une baisse de 56% (IC 95%).

Pour les autres groupes d'âge, la prévalence ne diffère pas significativement entre les 2 périodes.

3 raisons sont invoquées pour expliquer ce résultat, l'immunité collective, l'efficacité élevée du vaccin indépendamment du schéma de vaccination ainsi que l'évolution des comportements sexuels.

L'étude doit faire usage de sonnette d'alarme pour protéger la prochaine génération, déclare le Dr Tom Frieden, directeur des CDC, qui regrette, qu'aux Etats-Unis -comme en France- seule une jeune fille sur 3 soit totalement vaccinée contre le HPV. Aux Etats-Unis, comme en France, la peur des effets secondaires a fait chuter la vaccination. Résultat, pour les Etats-Unis, l'insuffisance de couverture vaccinale pourrait ainsi entraîner le développement d'un cancer du col chez 50.000 femmes au cours de leur vie et chaque année à couverture insuffisante, un total de 4.400 cancers supplémentaires. Notons aussi, qu'aux Etats-Unis, la vaccination à 11-12 ans pour les garçons est recommandée en routine.

Sources: Communiqué CDC New study shows HPV vaccine helping lower HPV infection rates in teen girls et The Journal of Infectious Diseases doi: 10.1093/infdis/jit192 June 19, 2013 Reduction in Human Papillomavirus (HPV) Prevalence Among Young Women Following HPV Vaccine Introduction in the United States, National Health and Nutrition Examination Surveys, 2003–2010

Accéder aux dernières actualités sur le HPV

Autres actualités sur le même thème

Pages