Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN: Vers un test de détection sanguin

Actualité publiée il y a 7 années 7 mois 2 semaines
Cancer Research

Un test génétique pourrait permettre de prédire le cancer du sein, des années à l'avance, en détectant, à la surface d’un gène spécifique, une modification de l'ADN appelé méthylation, causée par l'exposition à des facteurs environnementaux tels que les hormones, le rayonnement, l'alcool, le tabagisme et la pollution. Ce niveau de méthylation pourrait être un biomarqueur de risque de cancer, en particulier chez les femmes de moins de 60 ans. Ces données préliminaires au développement d’un test sanguin de détection du risque, viennent d’être publiées dans l’édition de mai de la revue Cancer Research.

Cette grande étude a examiné le lien entre le risque de cancer du sein et des niveaux de composés chimiques liés à certaines sections de notre ADN. Les chercheurs de l'Imperial College, de l'Institut de recherche sur le cancer et d'autres institutions britanniques, européennes, américaines et australiennes ont analysé des échantillons de sang de plus de 1.300 femmes, dont certaines avaient un cancer du sein et d'autres non et ont comparé les profils de méthylation entre ces deux groupes de femmes.


L'ADN humain contient des sections de code, les gènes, qui contiennent des instructions pour fabriquer des protéines et qui exécutent des fonctions spécifiques. L'étude a examiné l'association entre une modification génétique appelée méthylation au sein de l'ADN et le développement du cancer du sein. Cette modification se produit quand une molécule se lie à un gène. L'ajout de cette molécule peut éteindre le gène et l'empêcher de produire la protéine.

Les chercheurs ont utilisé les résultats de 3 études cohorte qui avaient prélevé des échantillons sanguins provenant de plus de 600.000 femmes sans cancer au départ de l'étude. 640 de ces femmes ont développé un cancer du sein. En plus des échantillons de sang, des informations ont été recueillies sur les autres facteurs de risque de cancer du sein tels que des facteurs hormonaux et de la reproduction, le tabagisme ou la consommation d'alcool. Les chercheurs ont analysé les échantillons de sang afin de déterminer le degré de méthylation au sein d'un gène spécifique appelé le gène ATM, un gène impliqué dans de nombreuses fonctions, dont la division cellulaire et la réparation de l'ADN, puis ont comparé le niveau moyen de la méthylation entre les cas de cancer et les témoins sains afin de déterminer s'il y avait une différence significative dans le degré de modification du gène ATM. Les participantes ont été réparties en 5 groupes en fonction de leur niveau de méthylation. Pour chaque groupe, les chercheurs ont évalué le risque de cancer du sein.

Les auteurs constatent que,

· les participantes avec le plus haut degré de méthylation ont un risque accru 89% de cancer du sein par rapport au groupe à plus faible méthylation (RR : 1,89, IC : 95% de 1,36 à 2,64).

· Les participantes à degrés intermédiaires de méthylation ne montrent aucune différence significative de risque de cancer du sein par rapport au groupe à plus faible méthylation.

· Après ajustement avec l'âge, le modèle s'avère plus significatif chez les femmes jeunes, de moins de 59 ans, et non significatif chez les femmes âgées de 59 à 91 ans.

Les chercheurs concluent donc que les niveaux les plus élevés de méthylation à la surface du gène ATM pourraient être un marqueur recevable de risque de cancer du sein. A partir de là, le développement d'un test sanguin pourrait prendre encore quelques années…

Source: Cancer Research, May 1 2012 72; 2304 doi: 10.1158/0008-5472.CAN-11-3157 Intragenic ATM Methylation in Peripheral Blood DNA as a Biomarker of Breast Cancer Risk (Visuel Imperial College UK)

Lire aussi: CANCER du SEIN: Le vaccin c'est pour demain?, sur le Cancer du sein

Autres actualités sur le même thème